/elections
Navigation

Une grande consultation du PLQ en santé dans les 100 premiers jours

«Considérant la pénurie de main-d'oeuvre actuellement en cours, nous devons plus que jamais trouver ensemble des solutions pour favoriser l'embauche et la rétention du personnel», explique la candidate libérale Gertrude Bourdon.
PHOTO JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS «Considérant la pénurie de main-d'oeuvre actuellement en cours, nous devons plus que jamais trouver ensemble des solutions pour favoriser l'embauche et la rétention du personnel», explique la candidate libérale Gertrude Bourdon.

Coup d'oeil sur cet article

Le Parti libéral du Québec a annoncé mardi matin la tenue d'un forum sur la main d'oeuvre en santé dans les 100 premiers jours d'un éventuel mandat libéral.

L'annonce a été faite par la candidate Gertrude Bourdon, pressentie pour être ministre de la Santé du gouvernement libéral à la suite de l'élection du 1er octobre. Réunissant des représentants des patients, des ordres professionnels, des syndicats, des établissements ainsi que des experts, la consultation viserait notamment la revalorisation des métiers de la santé.

«Considérant la pénurie de main-d'oeuvre actuellement en cours, nous devons plus que jamais trouver ensemble des solutions pour favoriser l'embauche et la rétention du personnel», explique Mme Bourdon, ancienne présidente directrice-générale du CHU de Québec.

Jamais trop tard

Questionnée à savoir s’il n’était pas déjà trop tard pour ce genre de consultation alors que les critiques contre le réseau s’accumulent depuis un moment déjà, la candidate a soutenu qu’il n’était «jamais trop tard».

«C’est opportun. Quand on fait des exercices comme ça il faut avoir fait un certain nombre de choses. [...] Nos infirmières praticiennes spécialisées, nos embauches massives, tout ce que le réseau de la santé pouvait faire pour embaucher, ils l’ont fait», a assuré Gertrude Bourdon.

Celle qui aspire au poste de grande patronne de la Santé a toutefois été incapable d’indiquer ce que le forum allait concrètement changer pour les travailleurs sur le terrain dans les mois suivants l’élection. «Je suis ouverte à tout à partir du moment où le 2 octobre, je suis là et j’ai les coudées franches avec mon gouvernement», s’est-elle contenté de répondre, ajoutant «ne pas négocier sur la place publique».

Hausse des salaires

Sur la pénurie de main-d’œuvre qui touche le domaine de la santé, Mme Bourdon a à nouveau souligné qu’une hausse du salaire des infirmières pourrait aider à revaloriser la profession. Parce que les difficultés ne sont pas terminées croit-elle.

«Il faut mettre des salaires compétitifs à nos infirmières, nos préposés et tous ceux qui travaillent dans le milieu de la santé, parce que ce ne sera pas un milieu moins exigent au cours des prochaines années», estime la candidate libérale dans Jean-Lesage.

La FIQ ouverte à l’idée

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) croit de son côté qu’il est un peu tard pour ce genre de proposition, mais se dit tout de même ouverte à participer au forum.

«Mieux vaut tard que jamais comme on dit. Mais c’est étonnant que ça vienne après une méga-réforme qui a transformé tout le réseau de la santé. Ils auraient peut-être dû nous consulter avant la réforme», souligne le trésorier Roberto Bomba, précisant que «si ça se concrétise», le syndicat allait y être.