/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Guy Nantel et les nuls

Coup d'oeil sur cet article

Le chef de la CAQ, François Legault, propose un test de valeurs et un test de français pour les nouveaux arrivants avant de leur donner la citoyenneté. Mais après avoir vu le plus récent vox pop de l’humoriste Guy Nantel, je me demande si on ne devrait pas faire passer un test de connaissances de base aux électeurs déjà établis au Québec avant de les autoriser à exercer leur droit de vote. Sérieusement.

VIVE LE QUÉBEC INCULTE

Les vox pop de Guy Nantel m’ont toujours consternée... et fait rire à gorge déployée. C’est rare qu’on soit à la fois déprimée et divertie en voyant une vidéo humoristique. On est partagé entre le découragement et l’hilarité. Son vox pop le plus récent est sans doute le plus dévastateur. Parce qu’au lieu de questionner des quidams dans la rue (qui ont toujours l’excuse de ne pas être des spécialistes), Nantel interroge des militants de chacun des principaux partis. Si tu votes pour Québec solidaire et que tu penses que c’est un parti fédéraliste, tu as un problème. Si tu votes libéral, mais que tu penses que c’est un parti souverainiste, pose-toi de sérieuses questions.

Contrairement à ceux qui le critiquent, je ne pense pas deux secondes que Guy Nantel ait du mépris pour ses « vox popés ». Il faut le voir sourire et rire en complicité avec ses « victimes ». C’est fait sans malice et dans un esprit bon enfant. Mais les résultats sont tellement affligeants que ça doit nous forcer, tous autant qu’on est, à une remise en question : les journalistes doivent se demander s’ils expliquent bien les enjeux à la population, s’ils sont de bons vulgarisateurs ; les profs doivent se demander s’ils enseignent comme il faut l’histoire et la politique aux jeunes ; les politiciens doivent se demander s’ils adaptent suffisamment leur discours à leurs électeurs.

En effet, comment voulez-vous que les gens comprennent les nuances de la gestion de l’offre, les fluctuations des quotas en immigration ou les subtilités de la cogouvernance de QS, si ceux à qui vous vous adressez ne savent pas que l’Assemblée nationale siège à Québec ? Comment voulez-vous parler de points de péréquation ou de pouvoirs constitutionnels à des gens qui ne savent même pas que le général de Gaulle a dit « Vive le Québec libre » ?

Une de mes amies, immigrante française, vient d’acquérir sa citoyenneté canadienne. Avec son mari et ses trois enfants, elle est allée fêter ça en mangeant une poutine, question de bien s’« intégrer » ! Mais pour devenir canadienne, elle a dû passer un test de connaissances. Elle étudiait tous les soirs, en famille. Vous rendez-vous compte que les immigrants récents en savent plus sur notre histoire et notre géographie que la majorité des militants interrogés par Guy Nantel ?

On peut voir en ce moment à Télé-Québec une série documentaire intitulée 180 jours. On y suit la vie quotidienne dans une école secondaire publique de Longueuil. Dans le premier épisode, on voit que les étudiants ne savent pas qui est Michel Tremblay. C’est comme si des étudiants colombiens ne savaient pas qui était Gabriel Garcia Marquez ou que les Français ne connaissaient pas Molière.

Et ça, contrairement aux vox pop de Guy Nantel, ça ne me fait pas rire du tout.