/misc
Navigation

Le PQ a vendu son âme

Le PQ a vendu son âme
CAPTURE D'ÉCRAN, TVA NOUVELLES

Coup d'oeil sur cet article

Une drôle de question agite la sphère politique depuis quelques jours : quel parti entre QS et le PQ a profité de la plus grande inattention des journalistes? En d’autres mots, quel parti aurait bénéficié d’un passe-droit qui lui aurait laissé le champ libre? 
 
À mon avis, la seule passe gratuite dans cette campagne, c’est celle que Jean-François Lisée a accordée aux libéraux de Philippe Couillard. 
 
J’ai déjà écrit que les péquistes vivaient dangereusement en s’attaquant à l’intégrité des candidats de la CAQ. Depuis, Éric Caire a été blanchi par la Commissaire à l’éthique. Mais ça n’empêche pas les péquistes de revenir à la charge avec des attaques mesquines contre Marguerite Blais, une femme irréprochable à tous points de vue. 
 
On me dira que c’est de bonne guerre et j’en conviendrais s’il n’y avait pas un immense mammouth dans la pièce. Le Parti libéral fait en ce moment l’objet d’une enquête de l’UPAC. Des anciens ministres libéraux font l’objet de poursuites pour corruption. Des juges et des hauts-fonctionnaires ont été nommés sur des bases partisanes, grâce à leur affiliation libérale. 
 
Des collecteurs de fonds du Parti libéral sont soupçonnés d’être au cœur d’une vaste fraude immobilière. L’ancien associé de Philippe Couillard, Arthur Porter était au centre de la plus grande fraude de l’histoire du Québec. 
 
Et hier, on apprend que le député Guy Ouellette aurait transmis des informations sensibles aux partis d’opposition pour faire surgir la vérité à propos du secrétaire général associé. Pourquoi aurait-il agi ainsi? La réponse est évidente : il savait que Philippe Couillard refuserait de faire le ménage dans l’écurie libérale. 
 
Nous voilà donc face à un gouvernement submergé par les scandales de corruption, les nominations partisanes et les manquements éthiques en série. On s’attendrait bien sûr à voir les péquistes tirer à boulets rouges contre le Parti libéral et Philippe Couillard. 
 
Mais pas du tout. Jean-François Lisée a donné le ton en s’en prenant presque exclusivement à François Legault et maintenant, à Manon Massé. On a même entendu Lisée reprendre les mêmes phrases, les mêmes angles d’attaque que Couillard. Les péquistes ont suivi la même stratégie. 
 
En donnant une passe gratuite aux libéraux de Couillard sur la question de l’intégrité, les péquistes ont vendu leur âme.