/opinion/columnists
Navigation

Les fourberies de Manon Massé

René Lévesque aurait démoli les propos ignares de Manon Massé.
Photos d’archives et Didier Debusschère René Lévesque aurait démoli les propos ignares de Manon Massé.

Coup d'oeil sur cet article

Manon Massé reprend le flambeau de beaucoup de femmes publiques qui ont fait du matriarcat québécois leur fonds de commerce.

Elle a le physique de la mère québécoise toute puissante avec la moustache en prime, cette fantaisie qui lui tient à cœur et qui entend montrer qu’elle a aussi un attribut du père autoritaire.

Elle est devenue, le temps d’une campagne électorale, la nouvelle coqueluche des réfugiés de tous nos partis politiques qui, en se précipitant dans ses bras, adhèrent désormais à Québec solidaire. Ce sont des jeunes en majorité qui se sentent orphelins des nostalgies politiques de leurs aînés.

Manon Massé sait les faire rêver. Tout d’abord, elle leur annonce des lendemains qui chantent. Ils auront tout gratuitement. De l’école à l’université, voire jusqu’au doctorat. Leurs dents seront d’un blanc éclatant, comme l’environnement qui retrouvera sa virginité d’antan, car les exploiteurs de nos richesses naturelles seront dépouillés de leurs milliards par l’État qui, lui, exploitera les mines.

Héritage douteux

Manon Massé a déclaré cette semaine qu’elle était l’héritière spirituelle et politique de René Lévesque. Pour elle, Québec solidaire, et non le PQ, incarne la continuité de l’œuvre du chef le plus respecté et admiré de l’histoire politique moderne.

Manon Massé se joue de nous en masquant la véritable nature de son parti, qui n’est rien de moins qu’une copie des partis communistes occidentaux qui ont plongé le XXe siècle dans le totalitarisme qui s’est écroulé avec le mur de Berlin. Manon Massé en se comparant à René Lévesque dépasse les limites de la décence.

Pour ceux qui ignorent la contribution de René Lévesque au Québec moderne, rappelons d’abord que l’homme a toujours rejeté de façon viscérale les extrémismes. Il exécrait les têtes brûlées qui utilisaient les libertés pour briser nos institutions démocratiques.

René Lévesque a condamné les activités du FLQ. Il haïssait la violence, mais aussi les manipulations de ces adorateurs du gauchisme. Contrairement à Pierre Elliott Trudeau, le politicien dilettante, ami de Castro qui a assisté à ses funérailles, et qui avait instauré la Loi sur les mesures de guerre, René Lévesque n’a jamais été l’ami des dictateurs de la gauche.

Marxisme

René Lévesque aurait honni les Chavez et Maduro qui ont détruit le Vénézuéla d’aujourd’hui. Et il aurait démoli les propos stupides et ignares de Manon Massé sur le marxisme supposément inexistant dans le programme de QS.

Soyons clairs. Les partis marxistes ne sont pas interdits en démocratie.

Ce qui est intolérable chez Québec solidaire qu’incarne Manon Massé, c’est la banalisation des conséquences dévastatrices qui découleraient de l’application­­­ du programme économique que le parti défend en en cachant le sens dans un charabia.

Si Manon Massé respecte les Québécois, elle devrait laisser René Lévesque­­­ reposer en paix. Elle n’a rien en commun avec ce vrai homme du peuple, libre, transparent, pragmatique et instruit, qui a incarné le meilleur du Québec de son époque. Un homme qui n’a jamais tenté de cacher ses convictions profondes. Le contraire de Manon la populiste.