/news/health
Navigation

Cent livres en moins et culturiste à 45 ans

Elle a changé son mode de vie pour retrouver la santé

Marie-Josée Viau a fait la démonstration de sa transformation, samedi, au Salon de l’entraînement physique et du sport à la place Bonaventure de Montréal. En 2014, elle pesait 226 livres (en mortaise).
Photo Laurence Houde-Roy Marie-Josée Viau a fait la démonstration de sa transformation, samedi, au Salon de l’entraînement physique et du sport à la place Bonaventure de Montréal. En 2014, elle pesait 226 livres (en mortaise).

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir perdu 100 livres en moins d’un an à l’âge de 40 ans, une femme de Montréal se lance maintenant dans l’aventure des compétitions de culturisme.

« C’est le plus beau cadeau que je me suis fait. Je ne connais plus celle que j’étais à 226 livres », affirme d’emblée Marie-Josée Viau, 45 ans.

Agente des services frontaliers à l’aéroport de Montréal, elle vivait avec un surplus de poids depuis l’adolescence. « Je pouvais manger un sac de chips par soir. Je mangeais beaucoup de junk food, de trop grosses portions, trop de sauce », se souvient celle qui a aussi suivi plusieurs régimes.

À l’aube de ses 40 ans, à quelques livres d’être considérée comme une obèse morbide, elle s’était construit un personnage. « Pour faire rire, je disais que je devais manger pour entretenir ma silhouette », se rappelle-t-elle.

Mais en 2014, des points au cœur et des maux de genou l’ont convaincue de changer son rythme de vie pour de bon.

Elle s’est inscrite à une émission de télévision de perte de poids. Sa candidature n’a pas été retenue, mais cela l’a convaincue plus que jamais. « Je me suis dit que je n’allais pas regarder la finale de l’émission, de mon salon, sans avoir changé quoi que ce soit à ma santé », explique Mme Viau.

100 livres en un an

En se lançant des défis, elle est parvenue à perdre près de 100 livres en moins d’un an et à afficher 129 livres sur le pèse-personne. « J’ai commencé en marchant une minute au coin de ma rue. Puis le lendemain 2 minutes », détaille-t-elle. Elle a ensuite réussi à enchaîner les courses, les randonnées, la Zumba, en plus de changer son alimentation drastiquement.

Pendant son parcours, son amie l’a convaincue de s’inscrire à la compétition Muscle Mania, un événement de culturisme pancanadien. En octobre dernier, elle a remporté la première place de la catégorie « transformation », où le changement corporel autant que le mode de vie sont évalués dans leur ensemble.

Inspirer les autres

L’entraînement est devenu si important dans sa vie qu’elle est même devenue entraîneuse à temps partiel. « Je veux en inspirer d’autres à faire cette transformation, même ceux qui ont du mal à croire qu’ils en seraient capables », dit-elle.

Celle qui carbure maintenant aux défis s’est rendue au 1er camp de base de l’Everest deux semaines après avoir reçu son prix. « Quand tu retrouves la santé, tu ne veux plus l’abandonner. Si tu m’enlèves l’entraînement, tu m’enlèves la chose la plus importante dans ma vie », lance Mme Viau.

Elle espère poursuivre son expérience à la prochaine compétition de Muscle Mania, dans deux semaines, dans la catégorie bikini. « Ils regardent davantage la définition du corps, mais je ne me mets pas trop de pression. Je vais mettre mon bikini et mes souliers et je vais y aller », conclut-elle, confiante.