/sports/hockey/canadien
Navigation

Le mot d’ordre: patience!

Le mot d’ordre: patience!
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

La prochaine saison du Canadien soulève tellement de questions qu’il faudra attendre encore quelques semaines, quelques mois et peut-être quelques années avant de connaître les réponses. Il faudra de la patience avant de voir l’organisation atteindre les objectifs fixés. De la patience, et aussi de la clairvoyance.

La direction du Canadien refuse de reconnaître qu’elle est en mode reconstruction.

Elle admet toutefois qu’elle doit maintenant se tourner vers les jeunes joueurs de l’organisation.

On joue simplement sur les mots.

Bon, depuis le dernier match du calendrier régulier, en avril dernier, le Canadien s’est-il amélioré ?

Difficile de répondre par l’affirmative quand des marqueurs pouvant franchir le cap des 30 buts ont quitté pour l’Arizona et Las Vegas. Qui pourra compenser les départs d’Alex Galchenyuk et

Max Pacioretty ?

Espoirs prometteurs

Le Canadien a acquis Tomas Tatar et Max Domi.

L’attaque est-elle plus redoutable ? Non. Donc, ce sont les jeunes qui devront relancer la concession.

Victor Mete et Noah Juulsen appartiennent au groupe. Jonathan Drouin et Max Domi auront des responsabilités accrues. Phillip Danault doit connaître une bonne saison. Brendan Gallagher est un leader. Et il y a Carey Price et Shea Weber, deux vétérans de très haut niveau. Mais avant tout, il faudra garder à l’œil Jesperi Kotkaniemi, qui a fait bonne impression en démontrant de très belles qualités. Nick Suzuki, un marqueur de 100 points dans la Ligue de hockey de l’Ontario, l’an dernier, et Ryan Poehling, qui devrait connaître une saison à la hauteur des attentes dans le hockey universitaire américain.

Trois joueurs de centre, trois joueurs qui éventuellement devront charrier l’attaque de l’équipe.

Quand ? La réponse leur appartient.

Développement

Mais avant la grande éclosion, il faudra s’assurer que le processus de développement s’effectue avec rigueur, sans compromis. Si sur la surface de jeu, les changements n’ont rien pour convaincre la galerie, ceux effectués au plan administratif s’imposaient et on a choisi des personnes qualifiées.

Joël Bouchard était le candidat recherché pour s’occuper du Rocket de Laval. Son expertise au niveau junior et avec l’équipe nationale junior du Canada le confirme.

L’arrivée de Dominique Ducharme derrière le banc est aussi un changement à considérer. Sa feuille de route est impressionnante. Luke Richardson s’occupe de la brigade défensive et son expérience des dernières années lui profitera assurément.

Marc Bergevin a donc modifié sa garde rapprochée, ce qui était une nécessité.

Le temps est donc venu de convaincre les partisans de l’équipe qu’on a pris les bonnes décisions et que les résultats viendront avec le temps et la patience.