/world/africa
Navigation

L’Érythrée demande à l’ONU la levée des sanctions

Osman Mohammed Saleh et Antonio Guterres.
AFP Osman Mohammed Saleh et Antonio Guterres.

Coup d'oeil sur cet article

Le chef de la diplomatie de l’Érythrée a réclamé samedi la levée des sanctions pesant sur son pays, après l’accord de paix conclu cet été avec l’Éthiopie, demandant même une compensation financière pour leurs conséquences économiques.

Deux mois après la conclusion de l’accord, le Conseil de sécurité n’a toujours pas levé l’embargo sur les armes et les sanctions ciblées imposées contre l’Érythrée en 2009 pour son soutien présumé à des groupes armés en Somalie.

«Les sanctions imposées à l’Érythrée au cours des neuf dernières années ont provoqué des dommages considérables à l’économie du pays et à sa population», a affirmé Osman Mohammed Saleh à la tribune de l’Assemblée générale annuelle de l’ONU à New York.

Les Érythréens «non seulement demandent la levée immédiate des sanctions, mais aussi des compensations pour leurs conséquences et les opportunités commerciales manquées», a-t-il ajouté.

Le premier ministre d’Éthiopie, Abiy Ahmed, et le président d’Érythrée, Isaias Afwerki, ont signé en juillet un accord de paix qui a mis un terme à deux décennies de confrontation en raison de territoires disputés.

Selon des diplomates, les États-Unis, soutenus par la France et le Royaume-Uni, souhaitent que l’Érythrée montre des progrès en matière de respect des droits humains avant de mettre fin aux sanctions. Le Conseil de sécurité doit se pencher sur ce sujet en novembre.

Lors de son allocution jeudi devant l’Assemblée générale de l’ONU, le chef de la diplomatie de l’Éthiopie, Workneh Gebeyehu, a également demandé au Conseil de sécurité d’étudier «sérieusement maintenant» une levée des sanctions pesant sur l’Érythrée.