/sports/hockey/canadien
Navigation

Nouvelle saison, nouveau système

Claude Julien
Photo d'archives, Agence QMI Claude Julien

Coup d'oeil sur cet article

La dernière saison a été la goutte qui a fait déborder le vase pour bien des partisans du Canadien. La tenue de l’équipe n’a pas seulement causé du mécontentement, elle a également créé, pour la première fois depuis des lunes, un désintéressement bien senti. Le Tricolore a bien des choses à se faire pardonner. Toutefois, les mouvements de personnel effectués au cours de l’entre-saison donnent davantage l’impression d’une reconstruction. Le Journal a rencontré Claude Julien pour voir comment il parviendrait à naviguer à travers cette autre saison qui s’annonce longue.

Les attentes des partisans ne sont pas très élevées. Que peux-tu leur dire pour les rassurer ?

« Je suis quelqu’un qui préfère agir plutôt que parler. J’aimerais que l’équipe fasse la même chose. Parler moins, mais faire plus sur la patinoire. Avec l’attitude qu’on a présentement, je sais qu’on est une équipe qui va travailler extrêmement fort. J’espère que ces efforts et la fierté qu’auront les joueurs à embarquer dans le système se transformeront en victoire. »

On a effectivement remarqué que le système de jeu est différent de celui appliqué la saison dernière. Comment en vient-on à modifier un système de jeu ?

« Tu prends du recul, tu regardes ton équipe, tu évalues la saison. Tu essaies de changer ce que tu peux contrôler. On n’est ni la plus grosse équipe ni la plus petite. Mais, quand les gars sont en santé, on forme une équipe qui patine bien. Il faut tirer avantage de ça. Il faut exploiter cette force au maximum. Et pas seulement en attaque. L’échec avant, la transition, les replis défensifs font tous partie de ce concept. D’ailleurs, jusqu’à maintenant, on donne moins de lancers que l’an passé parce qu’on ferme le jeu plus rapidement et que les sorties de zone sont plus efficaces. »

Les joueurs semblent l’avoir adopté rapidement. D’ailleurs, ils sont arrivés au camp avec le sourire. L’ambiance paraît meilleure que l’an dernier à pareille date.

« Quand tu ne fais pas les séries, l’été est long. Les bons athlètes, ça les pique un peu. Je sens leur détermination à vouloir connaître une bien meilleure saison. L’an dernier, ça n’a pas été plaisant. On n’a jamais été capable de prendre notre envol. Tout ce qui pouvait arriver nous est arrivé. On a perdu [Shea] Weber, [Carey] Price s’est blessé deux fois. À la fin de la saison, on a été privé de [Max] Pacioretty et [Phillip] Danault. Il fallait essayer de demeurer fort, même si les événements négatifs se succédaient les uns après les autres. »

On voit Drouin évoluer à l’aile depuis le début du camp. Il semble beaucoup plus à l’aise. L’an dernier, Marc Bergevin a répété que dans un monde idéal, Jonathan jouerait à l’aile. Est-ce qu’on y est ?

« On pourrait encore voir Drouin au centre, même si on le préfère un peu à l’aile. J’ai trouvé qu’il s’était beaucoup amélioré en fin de saison. Est-ce qu’on continue en ce sens ? Quand on regarde qui on a repêché, on voit qu’au centre, on pourrait être bien équipé dans un avenir assez rapproché. Avec

Kotkaniemi, Suzuki, Poehling, en plus de Danault qui est encore jeune, on risque de remplir ce poste-là. »

Le plan est donc de faire possiblement jouer Drouin au centre en attendant ?

« Si on peut les développer rapidement, on aura ce qu’on veut à l’aile avec Jonathan. Il semble plus confortable et il pourra nous donner plus de jeux offensifs sans avoir à se battre dans les coins de patinoire toute la soirée en zone défensive. C’est la même chose pour Max Domi. »

Encore une fois, vous allez amorcer la saison avec un handicap important. Comment éviter que l’absence de Shea Weber jusqu’en décembre se transforme en calvaire ?

« Il faut jouer de la façon qu’on le demande. Jusqu’à maintenant, on fait du bon travail pour défendre notre territoire, diminuer les lancers et les occasions de marquer contre nous. En s’assurant de garder la même concentration, on va s’en sortir. Shea, c’est un gros morceau, on a hâte de le revoir. D’ailleurs, il participe aux séances vidéo de l’équipe pour savoir de quelle façon jouer lorsqu’il reviendra au jeu. »

Carey Price a connu sa pire saison l’an dernier. Il a souvent paru frustré et un peu tanné. As-tu eu une discussion avec lui au cours de l’été ?

« On a un entraîneur des gardiens qui s’occupe de lui parler sur le plan technique. Mon travail, c’est de lui démontrer que j’ai encore confiance en lui, que je suis là pour lui et que je l’encourage. Carey est un gagnant, un athlète fier. Il n’y a aucun doute dans ma tête qu’il va rebondir. Il est arrivé au camp en bonne forme et de bonne humeur. Pour l’équipe comme pour lui, ce sera important de connaître un bon début de saison. Ça risque de mettre la table pour le reste de la saison. »

Parlant de la saison estivale, la situation concernant Max Pacioretty a grandement retenu l’attention. Comment as-tu vécu tout ce cirque ?

« Je m’éloigne de ça. Je suis capable de rentrer dans ma bulle et de faire mes choses sans me laisser déconcentrer par ces affaires-là. J’ai toujours été comme ça et j’ai toujours été confortable comme ça. »

L’an dernier, il a parfois donné l’impression de remettre le système en doute. Ça ne doit pas être évident pour un entraîneur, n’est-ce pas ?

« Tout le monde vit de la frustration à un certain moment. Je n’ai jamais eu de problème avec Max. Je l’ai contacté, je lui ai souhaité bonne chance. Il n’y a jamais eu de froid entre nous. C’est passé et on va de l’avant. Il a donné de bonnes années à l’organisation. »