/travel/destinations
Navigation

Un salon de l’artisanat permanent

Le traditionnel côtoie le moderne.
Photo Jacques Lanctôt Le traditionnel côtoie le moderne.

Coup d'oeil sur cet article

Les excursions dans la Vieille Havane sont toujours très populaires. Tous les jours, on peut voir le long du Malecon (front de mer) et de la Avenida del Puerto des dizaines d’autobus qui laissent descendre leurs flots de touristes désireux de découvrir l’ancienne cité coloniale.

Il y a quelques années, on a rénové les anciens entrepôts San José, face au port de La Havane, tout près de là où accostent aujourd’hui les énormes paquebots remplis de touristes en croisière. Au dix-neuvième siècle, c’était des bateaux à vapeur et des goélettes qui y accostaient. Ils étaient remplis de marchandises diverses importées d’un peu partout dans le monde, surtout de la machinerie pour les centrales sucrières et du riz, une précieuse denrée pour l’alimentation des Cubains. Et ils repartaient avec tout ce qu’on cultivait et produisait pour l’exportation : café, sucre, coton, tabac et eau-de-vie, entre autres.

Les sculptures traditionnelles en bois.
Photo Jacques Lanctôt
Les sculptures traditionnelles en bois.

Eusebio Leal, celui qu’on appelle « l’Historiador de la Vieille Havane » et qui est le maître d’œuvre de tous ces travaux de restauration, a voulu créer ici un centre de convergence des arts, qui met en valeur l’artisanat sous toutes ses facettes et des artistes en arts visuels.

300 Kiosques

Dans la majorité des petites boutiques qui prennent place dans les rues étroites de la Vieille Havane, on trouve presque toujours les mêmes souvenirs, les mêmes t-shirts à l’effigie du Che, des casquettes vert olive avec le petit drapeau cubain, des dessins de la vieille ville, etc., bref le genre d’objets qu’on trouve également devant la tour Eiffel à Paris, mais avec une saveur locale.

Une des nombreuses allées avec ses stands où vous pourrez «barguiner».
Photo Jacques Lanctôt
Une des nombreuses allées avec ses stands où vous pourrez «barguiner».

Les entrepôts San José ont l’avantage de réunir sous un même toit tous les artisans qui étaient jusque-là dispersés un peu partout. Il y a ainsi plus de 300 kiosques, disposés un peu comme à la place Bonaventure lorsque le Salon des métiers d’art ouvre ses portes au public, un peu avant Noël. Et l’avantage de les avoir tous à proximité, c’est que vous pouvez comparer, évaluer, et surtout « barguiner », c’est-à-dire tenter d’avoir un meilleur prix pour l’objet de vos désirs. La foire fait une large place aux artistes en arts visuels. Bien sûr, il y a les incontournables, comme les toiles montrant des scènes de rue, de vieilles autos, des façades typiques de la Vieille Havane, des paysages exotiques, mais il y a aussi des œuvres plus modernes et contemporaines, ainsi que des sculptures et des œuvres en céramique.

Heureusement, la circulation dans les allées est facile.
Photo Jacques Lanctôt
Heureusement, la circulation dans les allées est facile.

Moi, ce que je préfère, ce sont les chemises en lin très souple, les fameuses guayaberas et leurs quatre poches sur le devant. Il y en a de toutes les couleurs. Et elles se vendent moins cher que celles qu’on trouve dans les boutiques des hôtels. Voilà un cadeau original.