/weekend
Navigation

Complice de la forme

Coup d'oeil sur cet article

La forme physique est essentielle à notre santé et nous en sommes plus que jamais conscients. On en parle sur différentes tribunes, des artistes font la promotion de leur discipline de vie, mais dans le brouhaha de notre quotidien, faisons-nous suffisamment place à l’exercice ? J’en parle avec deux femmes en forme.

Josée Lavigueur
Photo courtoisie, Laurence Labat
Josée Lavigueur

Dans les années 1980, Jane Fonda est devenue une véritable gourou de la mise en forme. Puis les DVD d’exercices ont pullulé dans les années 1990. Raquel Welch, Susanne Somers, Cindy Crawford, Claire Pimparé, Mitsou, pour ne nommer que celles-là, ont toutes lancé leur programme d’exercices. « À l’époque, on pratiquait l’aérobie pour la silhouette, remarque Josée Lavigueur. Maintenant, la préoccupation numéro un est davantage la santé. On sait que l’activité physique améliore l’espérance de vie, et une espérance de vie en santé. » Ainsi, aujourd’hui, la mise en forme touche de plus en plus de gens. C’est quasiment gênant de ne pas s’être mis au jogging il y a cinq ans ! Mais cette mise en forme demande beaucoup de motivation et du temps.

<i>Laformavie dynamique</i>
Photo courtoisie, MATV
Laformavie dynamique
<i>Yoga Doux </i>
Photo courtoisie, MATV
Yoga Doux

La télévision peut devenir ce stimulus si on ne s’y écrase pas devant. MATV est un exemple de bons réflexes. Dominic Arpin y a animé une émission mettant en vedette la course à pied, on y a tenu des rendez-vous de cardio pour les 55 ans et plus et, actuellement, la chaîne propose des routines matinales pour se tenir en forme : Laformavie dynamique et Yoga doux. Animée par Jonathan Lavallée, la première offre 20 rendez-vous en rotation de power yoga et de pilates, pour une émission quotidienne de 30 minutes. Dans la seconde, Anne Courtecuisse nous guide dans des techniques de respiration pour réduire les tensions, améliorer la souplesse et retrouver une vitalité.

Pas de petits gestes

Josée Lavigueur est une précurseure chez nous. Depuis 19 ans, elle mène des chroniques dans le cadre de Salut Bonjour (et actuellement à Salut Bonjour week-end) mettant en valeur l’importance de l’activité physique par de simples gestes ou la découverte d’une nouvelle discipline. Elle a toujours privilégié une approche très pratique et facile à intégrer aux activités du quotidien. « Il suffit de bouger le plus souvent possible. Se tenir sur un pied en se brossant les dents travaille les stabilisateurs. L’hiver, si vous glissez sur une plaque de glace, un petit geste comme celui-là à répétition peut vous sauver d’une fracture ! »

Elle remarque que le discours autour de la mise en forme a beaucoup évolué au cours des 30 dernières années. « À l’époque du Let’s get physical d’Olivia Newton-John ou des vidéos de Jane Fonda, on parlait de prescription pour l’entraînement. On nous disait : il faut aller à la salle de gym trois fois par semaine pendant une heure. C’était strict et décourageant. Aujourd’hui, il a été prouvé qu’il y a des effets sur le niveau de stress et la santé dès la première minute d’une activité physique. Et cette activité peut simplement être de la marche.

De plus, poursuit Josée, avant, on ne parlait que de cardio. Aujourd’hui, on sait que la musculation est aussi nécessaire afin de renforcer notre équilibre notamment, et de vieillir en étant plus solide. Les émissions et les chroniques d’exercices auront toujours leur place, mais il faut savoir se réinventer et être à jour dans les nouvelles études, les découvertes. Il faut être à jour parce que c’est un domaine qui évolue sans cesse et très rapidement. Il faut aussi que ce soit simple, que les outils soient accessibles pour que les gens ne perdent pas leur motivation. L’assiduité est le plus grand allié dans la mise en forme. »

Approche globale

Parmi les changements qu’observe Josée Lavigueur, l’approche mise en forme est aussi très différente aujour­d’hui parce qu’elle est beaucoup plus globale. Ça s’inscrit d’ailleurs dans tout le mouvement « bien-être », plus présent sur nos ondes dans les émissions de services. « Avant, on séparait la santé physique de la santé mentale. Maintenant, on sait que l’un ne va pas sans l’autre. On parle beaucoup plus de santé globale. » Des études ont effectivement prouvé que l’activité physique aurait un effet positif sur les symptômes dépressifs, l’anxiété et le stress.

<i>Bien</i> avec Saskia Thuot
Photo courtoisie, TVA
Bien avec Saskia Thuot

C’est avec ce souci que Saskia Thuot anime Bien sur les ondes de TVA où des collaborateurs en santé, en mise en forme, en psychologie viennent offrir leurs conseils. C’est aussi dans cette optique que Josée Lavigueur a développé sa nouvelle plateforme : Ma zone fit, une première au Québec, qui a été lancée il y a quelques jours.

Des exemples positifs

<i>American Ninja Warrior</i>
Photo courtoisie CTV, Meagan-Martin
American Ninja Warrior

La vague American Ninja Warrior a aussi donné naissance à de nouveaux modèles d’entraînement. Depuis dix saisons, NBC et CTV (TVA pour la version francophone) mettent en ondes de véritables athlètes qui se mesurent à des épreuves titanesques. La semaine dernière, une mouture québécoise, avec Émily Bégin et Étienne Boulay à l’animation, démarrait à V, Bootcamp : le parcours extrême. « Nous avions l’habitude de voir des émissions d’aérobie le matin et je trouve ça extraordinaire pour répondre à certains besoins, mais ce qu’on retrouve ici relève de la compétition sportive, remarque Émily Bégin.

<i>Bootcamp</i>
Photo Courtoisie, Marc-André Lapierre
Bootcamp
<i>Bootcamp</i>
Photo courtoisie, V
Bootcamp

Dans Bootcamp, les duos de participants sont des athlètes de haut niveau qui se mesurent à des défis inspirés du crossfit. Ils doivent faire preuve d’endurance à la fois physique et mentale. On mise beaucoup sur le dépassement de soi. C’est super valorisant. »

À un clic

Émily Bégin
Photo d'archives, PIerre-Paul Poulin
Émily Bégin

Pour faciliter l’entraînement, il faut aussi savoir s’adapter aux besoins du public. Si les rendez-vous télévisuels se font plus rares, un entraînement est accessible en un seul clic. « L’activité physique a toujours fait partie de ma vie, note Émily Bégin qui est aussi porte-parole de la chaîne Éconofitness. Et je remarque que les gens de ma génération veulent rester en forme. Nous sommes des épicuriens de tout ! Mais pour ça, on a juste besoin de notre corps. Si on n’a pas toujours le temps de se déplacer, il existe une multitude d’applications qui nous suggèrent 15 minutes d’exercices. Il n’y a rien de plus positif que de s’entraîner ! »

Josée Lavigueur, <i>Ma zone fit</i>
Photo courtoisie, Ma zone fit
Josée Lavigueur, Ma zone fit

Josée Lavigueur est bien consciente que pour plusieurs, l’activité doit venir à eux et non l’inverse. Quand on choisit un programme ou une application, il est important de s’assurer qu’il est fait par des professionnels. Quelles sont les certifications des entraîneurs ? Leur formation ? Sont-ils à jour dans leurs connaissances ? « Il existe beaucoup de plateformes, notamment américaines, qui sont très populaires, mais qui véhiculent beaucoup de faussetés. C’est le danger d’internet. C’est pour cette raison que j’ai recruté pour Ma zone fit des professionnels dans chaque domaine. Actuellement, nous avons l’équivalent de 35 DVD en contenu sur la plateforme et ce contenu va constamment grandir. »

Et quels que soient la plateforme ou l’écran, un rendez-vous avec la forme est un rendez-vous pour soi. « C’est une prise de conscience nécessaire, conclut Josée Lavigueur. On s’occupe beaucoup des autres et peu de soi. Il faut avoir des rendez-vous avec sa santé et avoir quelqu’un à la télévision qui nous le rappelle, c’est important. »


► Bootcamp : le parcours extrême, jeudi 20 h à V


 Ma zone fit, plateforme numérique de Josée Lavigueur www.mazone.fit