/elections
Navigation

L’élection de la CAQ: «mauvaise nouvelle» pour les consommateurs de cannabis

FILES-US-CANADA-BEVERAGE-CANNABIS
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’élection de la CAQ risque de faire du Québec l’endroit où les lois sur le cannabis sont les plus sévères au pays.

«C’est clairement une mauvaise nouvelle», affirme Maxime Guérin avocat pour SGF, une firme de consultation sur l’industrie du cannabis. À son avis, le Québec deviendra la province la plus restrictive si la CAQ met en œuvre toutes ses promesses.

«Mais plus que l’industrie, ce serait plutôt le consommateur qui se trouverait pénalisé par les changements de la CAQ», souligne Philippe Depault directeur général de la compagnie montréalaise d’accessoire de cannabis Maïtri.

Le parti de François Legault a effectivement promis de faire passer l’âge minimal pour consommer à 21 ans. Le Québec deviendrait ainsi la province où l’âge pour acheter du cannabis serait plus vieux. Toutes les provinces ont fixé l’âge à 19 ans sauf le Québec et l’Alberta où la limite est à 18 ans pour le moment.

La CAQ veut aussi limiter à 15 grammes la quantité que l’on peut posséder en tout temps au lieu des 30 grammes en publics et du 150 grammes à la maison prévus dans la loi votée par les libéraux en juin. Le Québec est d’ailleurs la seule province à fixer une limite à la maison.

Avec le Manitoba, nous sommes aussi la seule province à interdire, avant même l’arrivée au pouvoir de la CAQ, la culture de quatre plants à domicile.

Pas en public

La grande promesse du parti demeure toutefois d’interdire la consommation dans tous les lieux publics. 

Une quarantaine de villes prévoient déjà le faire sur leur territoire. Mais l’Union des municipalités du Québec (UMQ) a maintes fois demandé au gouvernement de respecter l’autonomie des villes et de les laisser décider. 

Le président de l'UMQ Alexandre Cusson a réitéré au Journal que les villes ont les compétences pour définir les règlements les plus appropriés en fonction de leur réalité (santé, sécurité, caractéristiques sociodémographiques). «C’est fini l’époque où Québec décidait pour les villes!» dit-il

Le directeur national de la santé publique Horacio Arruda a d’ailleurs mis en garde les municipalités contre des interdictions de consommation pour l’ensemble des lieux publics.

«Seuls les lieux privés deviennent des lieux licites de consommation de cannabis fumé, ce qui peut entraîner certains effets collatéraux par exemple une augmentation de l’exposition de la population à la fumée secondaire de cannabis dans les résidences privées», a-t-il affirmé lors du congrès de la Fédération québécoise des municipalités, le 22 septembre.

En début de campagne, Jean-Sebastien Fallu, professeur à l'école de psychoéducation de l'Université de Montréal et spécialiste de la prévention de la toxicomanie se disait aussi inquiet face à la perspective d’un gouvernement caquiste. 

«Je suis en désaccord avec toutes les propositions de la CAQ qui ne s’appuient pas sur la science, mais la morale et la stigmatisation des consommateurs», dit-il. 

L’Ontario avait aussi prévu interdire la consommation dans les lieux publics, mais l’élection de Doug Ford a changé la donne. Il sera donc permis de fumer là où la cigarette est tolérée.

Tant qu’à ouvrir la loi, M. Fallu aimerait que le gouvernement crée un observatoire sur les drogues et la toxicomanie. Le Parti québécois avait d’ailleurs fait une proposition en ce seul lors de l’étude du projet de loi sur le cannabis.