/news/politics
Navigation

Donald Trump fait l’éloge de l’accord «le plus important» de l’histoire américaine

Donald Trump fait l’éloge de l’accord «le plus important» de l’histoire américaine
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le président Donald Trump a fait l’éloge de l’accord «le plus important» de l’histoire américaine, réagissant au nouveau traité commercial entre les États-Unis, le Mexique et le Canada (AEUMC) depuis les jardins de la Maison-Blanche.

 

Cet accord, arraché à la dernière minute tard dimanche soir, va remplacer le traité de libre-échange crucial pour les économies des trois pays, l’ALÉNA, vieux de près de 25 ans. M. Trump avait qualifié le nouvel accord d’«opération historique».

Un «homme bien»

En conférence de presse, le locataire de la Maison-Blanche a qualifié Justin Trudeau d'«un homme bien», après une très nette dégradation des relations entre les deux dirigeants ces dernières semaines, période qui a finalement abouti à un accord commercial.

«Il y avait de vives tensions entre lui et moi», a concédé M. Trump. «Mais tout s’est réglé», a-t-il ajouté. M. Trump avait affirmé avoir refusé de rencontrer M. Trudeau en marge de la récente Assemblée générale de l’ONU, parce que les Canadiens avaient selon lui «très mal traité» les États-Unis sur le plan des échanges commerciaux.

«Le seul problème de Justin, c’est qu’il aime son peuple. Il lutte dur pour son peuple. Nous avions toujours une très bonne relation. Elle s’est un peu envenimée ces deux derniers mois, mais cela a été surmonté par cet accord», a ajouté le locataire de la Maison-Blanche.

Si «les Américains trouvent que les négociations sont difficiles» dans le dossier de la refonte de l’accord de libre-échange ALÉNA, c’est «parce que les Canadiens sont de très bons négociateurs, comme on devrait l’être», avait répondu jeudi le premier ministre canadien.

Les relations entre Trump et Trudeau étaient particulièrement tendues depuis le dernier sommet du G7 en juin au Québec. Le président américain avait tenu des propos particulièrement virulents, rendant le dirigeant canadien responsable de l’échec du sommet.

«C’est un super accord pour les trois pays qui résout les défauts et les erreurs de l’ALÉNA», a tweeté plus tôt lundi matin le président. Le nouveau texte, selon lui, «ouvre des marchés à nos agriculteurs et notre industrie et réduit les barrières douanières vers les États-Unis et va rapprocher les trois Grandes Nations...».

M. Trump était à l’origine de la renégociation de l’accord de libre-échange nord-américain de 1994 (ALÉNA) qu’il jugeait désastreux pour l’économie américaine, estimant qu’il avait fait perdre des millions d’emplois au secteur manufacturier américain et en particulier l’automobile.

Le Canada et les États-Unis ont annoncé dimanche soir, une demi-heure seulement avant l’expiration de l’ultimatum fixé par Washington, «un accord de principe, de concert avec le Mexique» pour réformer le traité de libre-échange qui lie 500 millions de Nord-Américains.