/elections
Navigation

Catherine Fournier déplore le «manque de classe» de sa rivale caquiste

Catherine Fournier
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean Catherine Fournier

Coup d'oeil sur cet article

L’une des rares députés péquistes à avoir survécu au raz-de-marée de la CAQ, Catherine Fournier, déplore le «manque de classe» de sa rivale caquiste qui a tenu des propos méprisants à son endroit après sa défaite.

«Je pense qu’aujourd’hui les gens de [ma circonscription de] Marie-Victorin qui en prennent acte sont rassurés quant à leur choix», a lancé la députée de 26 ans, qui est désormais la seule élue du Parti québécois de toute la grande région de Montréal.

Elle a arraché sa réélection dans sa circonscription de Longueuil, un château fort péquiste depuis plus de 30 ans, par à peine plus 700 voix.

Visiblement amère après sa défaite, la caquiste Martyne Prévost n’a pas mâché ses mots quant au choix des électeurs.

«Joli minois»

«Catherine Fournier qui tente de faire croire qu’elle fait quelque chose pour la circonscription, il y a juste les citoyens qui ont voté pour elle qui vont la croire. Elle n’a entre ses mains que des budgets discrétionnaires, des fonds de tiroirs. Les gens pensent que parce qu’elle montre son joli minois partout, elle aide la circonscription, mais c’est archifaux», a-t-elle déclaré à son rassemblement, selon ce que rapporte Le Courrier du Sud.

Catherine Fournier trouve particulièrement choquant d’être réduite à son «joli minois», alors qu’elle a passé les deux dernières années de son mandat à défendre les droits des femmes.

Quant au commentaire sur les «fonds de tiroirs», l’élue péquiste y voit une triste «dévalorisation de la fonction de député», assurant que de siéger dans l’opposition ne l’empêche aucunement de se battre pour ses citoyens.

«Peut-être que cette femme-là n’avait pas sa place en politique», laisse tomber la députée.

Martyne Prévost n’a quant à elle pas répondu à notre demande d’entrevue. Cette dernière avait pourtant tenté de se faire élire à deux reprises sous la bannière péquiste en Estrie dans le passé.

Défis

Par ailleurs, Catherine Fournier se dit «mitigée» au lendemain de sa victoire, mais de la cuisante défaite de son parti. Il ne reste que neuf députés du PQ à l’Assemblée nationale.

«Ça implique son lot de défis», dit-elle, ne sachant pas encore quelles ressources seront désormais à la disposition de son parti avec la plus petite délégation à Québec.

Selon elle, son parti propose toujours des valeurs chères aux Québécois. Mais s’ils se sont massivement tournés vers la CAQ, c’était d’abord et avant tout pour chasser les Libéraux du pouvoir. «C’était la question de l’urne», croit-elle.

«Il faut rebâtir, reconstruire notre mouvement», poursuit-elle, ajoutant qu’il est prématuré de demander qui sera le prochain chef du PQ. Les neuf élus devront cependant choisir entre eux un successeur à Jean-François Lisée, qui a démissionné.