/news/politics
Navigation

Le DGEQ se dit «très déçu» du taux de participation

Pierre Reid n’exclut aucune option pour faire mieux lors des élections de 2022

DGE Pierre Reid. Photo courtoisie
Photo d’archives, courtoisie Le DGEQ, Pierre Reid, a admis sa déception devant un taux de participation historiquement bas.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré une campagne publicitaire de 3,8 millions $ menée par le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) pour inciter les citoyens à voter, le Québec a connu lundi son deuxième pire taux de participation des 91 dernières années.

Seulement 66,45 % des électeurs inscrits se sont rendus aux urnes. Exception faite du scrutin de 2008 (57,43 % de participation), il faut remonter à l’élection de 1927 pour trouver un taux (56,38 %) plus bas que celui de cette année.

« J’ai été très déçu, parce qu’au cours des dernières années on a mis beaucoup d’efforts pour sensibiliser et informer les électeurs », a admis le DGEQ, Pierre Reid, en entrevue avec Le Journal.

Campagne publicitaire

Sa récente campagne publicitaire visait particulièrement les jeunes électeurs dont la participation est traditionnellement inférieure à la moyenne nationale. Faut-il conclure que la campagne de 3,8 millions $ a été un échec ? « C’est difficile de mesurer l’impact d’une publicité, a répondu M. Reid. Quand le taux de participation est faible, on se demande toujours si ça aurait été encore plus faible si on n’avait pas fait de campagne d’information et de sensibilisation. »

Pierre Reid a accepté de prendre une partie de la responsabilité en évoquant des pannes informatiques qui ont perturbé le vote par anticipation, surtout le mercredi 26 septembre, et qui ont pu dissuader certains électeurs de voter. Cela dit, « pour le taux de participation, il y a des enjeux politiques sur lesquels je n’ai aucun contrôle. Je ne suis pas la seule personne qui peut emmener les gens à voter », a-t-il ajouté.

« Tout est sur la table »

Le DGEQ a par ailleurs tenu à relativiser le taux de participation de 66,45 % en rappelant qu’en Ontario et au Nouveau-Brunswick, les taux ont respectivement été de 58 % et de 67,1 %, cette année. Aussi, lors du dernier scrutin fédéral de 2015, à peine 61,5 % des électeurs se sont rendus aux urnes, a-t-il noté.

Pour améliorer la participation citoyenne, M. Reid n’a exclu aucune option. Il a rappelé que l’Assemblée nationale lui a récemment confié le mandat d’étudier l’hypothèse du vote par internet pour les élections scolaires prévues théoriquement en 2020.

Le DGEQ, qui est en poste depuis trois ans, soutient également « ne pas négliger » l’idée d’organiser le scrutin le dimanche plutôt que le lundi. « Tout est sur la table. Il faut tout regarder », a-t-il répété.

Pierre Reid espère remettre « le plus rapidement possible » un rapport aux députés. Les recommandations qui vont y figurer viseront à ce que le taux de participation soit meilleur lors des élections de 2022.

Taux de participation aux élections générales au Québec

  • 2018 : 66,45 % 
  • 2014 : 71,43% 
  • 2012 : 74,6 %
  • 2008 : 57,43 %
  • Entre 2008 et 1931 : Toujours supérieur à 70%
  • 1927 : 56,38%

Source : Directeur général des élections (DGEQ)