/entertainment/opinion/columnists
Navigation

L’info reste le fer de lance de la télé

Coup d'oeil sur cet article

La soirée électorale a démontré une fois de plus que la télévision est le média le plus suivi lorsque se produit un événement exceptionnel. Lundi soir, vers 21 h, plus de trois millions de Québécois étaient devant un écran. C’est plus du tiers de la population.

Encore une fois, TVA et LCN ont damé le pion à Radio-Canada. Par une marge importante. Au plus fort de l’écoute, 2,1 millions de personnes suivaient les résultats sur les deux chaînes privées, alors qu’il y en avait 1,2 million devant les écrans de la SRC et de RDI.

Ce n’est pas sans raison. J’ai passé la soirée électorale chez des amis. Nous avons commencé par zapper d’une chaîne à l’autre pour finalement nous installer pour de bon à TVA. Patrice Roy et ses invités n’ont pas mal travaillé chez le diffuseur public, mais la longue expérience de Pierre Bruneau et la présence du sondeur Jean-Marc Léger ont fini par nous convaincre de rester à TVA.

La maîtrise de Bruneau avait bien servi le face-à-face du 20 septembre. Il est peut-être le seul animateur avec assez d’autorité et commandant assez de respect pour éviter qu’un débat politique contesté ne tombe dans la cacophonie ou ne vire en foire d’empoigne.

L’INFO SUR INTERNET

Le site internet de Radio-Canada, par contre, reste un modèle. Comme celui de la CBC. L’un et l’autre battent des records de fréquentation. Lundi soir, 1 158 685 internautes ont suivi les résultats en tout ou en partie sur le site de la SRC. Le téléphone intelligent ne fut pas l’appareil favori. Plus de la moitié des internautes ont utilisé leurs ordinateurs et à peine 15 % ont suivi les résultats sur leurs téléphones.

TVA et LCN dominent outrageusement les bulletins de Radio-Canada et de RDI. À l’heure du souper, Bruneau retient un demi-million de fidèles de plus que Patrice Roy et Sophie Thibault double presque l’audience de Céline Galipeau en fin de soirée. Au Canada anglais, c’est la CBC qui domine l’information.

Malgré les efforts faits pour redonner vie au Téléjournal du soir de la SRC, il est beaucoup moins dynamique que The National. Il va sans dire que le budget du National n’est pas le même que celui du bulletin de Radio-Canada. Mais tout n’est pas question d’argent, puisque le budget de l’info à Radio-Canada dépasse de loin celui de TVA et de LCN, qui dominent sur toute la ligne.

LES PUBS DU SUPER BOWL

Artistes, diffuseurs et tous ceux qui œuvrent dans nos industries « culturelles » peuvent dormir sur leurs deux oreilles. Aussi imparfait qu’il sera, le prochain accord USA-CANADA-MEXIQUE devrait les mettre à l’abri des sautes d’humeur du président américain.

Mais les enragés de football sont moins choyés. Ils ne pourront plus voir les messages publicitaires américains diffusés pendant le Super Bowl. Les négociateurs américains ont décidé qu’ils n’aimaient pas cette drôle de décision du CRTC autorisant la diffusion des pubs américaines chez nous.

L’an dernier, j’avais qualifié de stupide ce passe-droit du CRTC, ce qui m’avait valu un message courroucé de Jean-Pierre Blais, alors président de l’organisme.

En revanche, les réseaux américains de shopping en ligne pourront envahir nos ondes ! Une bonne affaire pour eux, mais une mauvaise nouvelle pour notre commerce.