/finance/business
Navigation

Un train Bombardier bientôt à Cancún?

Coup d'oeil sur cet article

Les touristes de Cancún, au Mexique, pourraient un jour monter dans un train construit par Bombardier.

Il y a quelques jours, le président élu du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, a exprimé le souhait que les voitures du projet de « train maya » soient assemblées par Bombardier Transport « afin qu’il y ait du travail » dans l’État du Hidalgo, où se trouve la principale usine du géant québécois dans le pays.

Le « train maya » fait partie des 25 projets déclarés prioritaires par M. López Obrador, qui prendra officiellement le pouvoir le 1er décembre. Il doit relier Cancún à deux autres destinations touristiques, Playa del Carmen et Tulum, puis se rendre jusque dans l’État du Chiapas, un parcours de plus de 800 kilomètres.

Prudence chez Bombardier

Le futur président a souligné qu’au début des années 2000, alors qu’il était maire de Mexico, Bombardier a assuré avec succès la construction de plus de 400 voitures de métro pour la capitale.

Le « train maya » est beaucoup plus ambitieux. Sa facture dépassera les six milliards de dollars canadiens. Le gouvernement compte demander à des investisseurs privés de participer au montage financier.

Pour l’instant, Bombardier Transport se montre prudent face à cet éventuel contrat qui pourrait, en plus des voitures et des locomotives, comprendre de l’équipement de signalisation.

« Nous sommes ravis de la confiance que le président élu accorde à Bombardier », a déclaré un porte-parole, Éric Prud’homme. Celui-ci s’est empressé d’ajouter que l’entreprise ne s’attend pas à obtenir un contrat de gré à gré dans ce dossier, mais plutôt à faire face à des concurrents dans le cadre d’un appel d’offres.

Investissement en Floride

Par ailleurs, Bombardier Avions d’affaires a annoncé mercredi un investissement de 100 M$ US pour la construction d’un centre de service dans la région de Miami, en Floride.

L’avionneur bénéficiera d’une aide publique de 5 M$ US pour ces nouvelles installations qui doivent entraîner la création d’une centaine d’emplois à partir de 2020.