/finance/business
Navigation

Téo Taxi en mode survie

La Caisse, le Fonds FTQ et Fondaction doivent encore renflouer les coffres de la firme d’Alexandre Taillefer

GEN-TÉO TAXI
Michel Desbiens/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir perdu ses élections avec les libéraux, Alexandre Taillefer n’est pas au bout de ses peines. Son entreprise Téo Taxi a besoin de 7,5 M$ de la Caisse de dépôt, du Fonds de solidarité FTQ et de Fondaction CSN, huit mois à peine après que ces institutions eurent injecté 17 M$.

« La situation financière n’est pas facile », a confié hier sous le couvert de l’anonymat une source bien au fait de la situation au sein de l’entreprise de taxis électriques.

Selon nos informations, la Caisse, le Fonds FTQ et Fondaction annonceront aujourd’hui qu’ils réinvestissent dans la société mère de Téo Taxi, Taxelco. La société de M. Taillefer, XPND Capital, n’apportera pas sa contribution alors qu’elle est actionnaire de Taxelco.

La nouvelle perfusion se chiffre à 7,5 M$ et celle-ci doit permettre à Téo Taxi de survivre au moins jusqu’en mars. En l’absence de nouveaux capitaux, Taxelco aurait dû se protéger de ses créanciers, risquant la faillite. Notons que Taxelco regroupe aussi Taxi Hochelaga et Taxi Diamond.

« C’est un financement assorti de conditions d’atteinte de cibles de performance, basé sur un plan d’action qui nous a été présenté cet été », a affirmé un porte-parole de la Caisse, Maxime Chagnon.

Coup de barre

Depuis mai, la société mère de Téo Taxi, Taxelco, est dirigée par Dominic Lemay, ancien PDG du transporteur par autocars Transdev Canada et ex-directeur du métro de Montréal.

À son arrivée chez Taxelco, M. Lemay « s’est aperçu qu’il y avait un coup de barre à donner », a précisé notre source.

« Il a fait des constats clairs, nets et précis, a-t-elle ajouté. Il fallait mettre en place une série de mesures pour redresser la situation et c’est ce qu’il est en train de faire. C’est l’homme de la situation. »

Téo Taxi a encore du mal à répondre à la demande en raison d’un manque de voitures et du temps qu’il faut pour les recharger.

Un expert financier en renfort

Devant l’ampleur de la tâche, Taxelco s’apprête à embaucher un expert financier pour épauler le PDG.

« Cela permettra d’alléger les tâches de Dominic Lemay pour qu’il puisse se concentrer sur les opérations et rendre l’entreprise viable, a-t-on expliqué. Ça va augmenter les chances de succès. »

Par ailleurs, il n’est pas prévu qu’Alexandre Taillefer retourne au conseil d’administration de Taxelco. Il avait donné sa démission en mai après avoir accepté la présidence de la campagne électorale du Parti libéral. Taxelco est actuellement à la recherche de quelqu’un pour le remplacer.

Dominic Bécotte, associé chez XPND Capital, a soutenu hier que le réinvestissement dans Taxelco était « prévu depuis quelques mois ».

« Il n’est aucunement question de redressement, a-t-il assuré. Les chiffres actuels sont très encourageants. Chaque semaine, on réalise un nombre de courses record. De mon point de vue, la situation va de mieux en mieux. On est très encouragés. »

Mais pourquoi l’entreprise a-t-elle encore besoin d’argent ?

« Au fur et à mesure qu’on augmente le nombre de courses, on a besoin de véhicules additionnels et de développer les équipes, a répondu M. Bécotte. Ça implique des besoins de financement supplémentaires. Mais il n’y a rien d’anormal là-dedans. »