/weekend
Navigation

De la nudité pour Chantal Baril et Luc Senay

Faits Divers
Photo courtoisie, Véro Boncompagni

Coup d'oeil sur cet article

Luc Senay et Chantal Baril savaient, lorsqu’ils ont été approchés pour la deuxième saison de la série Faits Divers, qu’ils étaient pour tourner plusieurs scènes de nudité. En début de soixantaine, les deux comédiens ont abordé le défi différemment.

« Durant une longue période de ma vie, lorsque j’étais plus jeune, j’avais un ostie de beau body. J’étais athlétique, mince, je faisais du sport, je n’avais pas de gras et je n’ai jamais fait de scènes de nudité. Aujourd’hui, j’ai une bedaine, les cheveux blancs, j’ai 60 ans et je n’arrête pas de jouer tout nu », a lancé Luc Senay, qui montre encore son postérieur dans la comédie Ladies Night.

Le comédien, qui personnifie Paolo Fauteux, avoue avoir de la pudeur dans la vie, mais que la situation est différente lorsque vient le temps de jouer et que c’est bien écrit. Il n’a eu aucun problème avec les scènes de nudité tournées en plein milieu de la nuit, recouvert d’huile à mouche, sur une section non occupée d’un terrain de camping en Montérégie.

Le comédien, qui n’avait pas été retenu pour un autre rôle dans la première saison de Faits Divers, a été rappelé pour auditionner à nouveau, mais pour le rôle de Paolo.

« Il n’y avait pas de scènes de sexualité explicite et on ne voit pas mes organes sexuels de près. Je n’avais aucune inquiétude à jouer nu », a-t-il laissé tomber.

Inquiétudes

Les seules inquiétudes de Luc Senay concernaient surtout ce qui était pour se passer lors des pauses avec des journées de tournage de 14 heures.

« Je me demandais si j’étais pour être tout nu durant 14 heures. Je me posais des questions et le réalisateur Stéphane Lapointe nous a expliqué qu’un protocole était pour être en place pour le tournage de ces scènes.

Ça s’est fait avec une toute petite équipe avec le réalisateur, le premier assistant, la responsable de la continuité, le caméraman et un preneur de son. Tout le reste de l’équipe se retrouvait dans un chapiteau fermé. On mettait ensuite nos robes de chambre et tout le monde revenait sur le plateau. Il n’y avait aucune possibilité de voyeurisme », a-t-il expliqué.

Contrairement à Luc Senay, Chantal Baril ne s’était jamais dénudée sur les planches ou devant les caméras. Elle n’était pas du tout à l’aise avec cette idée et avoue avoir eu un gros cheminement à faire. Un cheminement qui lui a été très bénéfique.

« Un acteur qui a un certain blocage est limité dans son jeu. Il n’est pas complètement libre. Je n’avais pas de blocage envers tout ce qui est émotion et tout ça, mais j’en avais physiquement. Cette proposition m’a amenée à faire le saut et à aller au bout de ce défi-là. Ce fut un des plus grands défis que j’ai eu à faire. J’aurais eu cette offre-là, il y a quelques années, et j’aurais refusé », a-t-elle admis.

La comédienne raconte une anecdote amusante révélant comment elle pouvait avoir horreur de ce qui touche la nudité.

« En 1995, j’ai joué dans la pièce 50 +1, dans une mise en scène de Robert Gravel. On était cinquante et un sur scène et à la fin de la pièce, on pigeait un nom et le comédien choisi devait aller faire un striptease en avant. Je priais tous les soirs pour ne pas être pigée. Je n’ai jamais été pigée et je ne l’aurais pas fait. J’étais terrorisée », a-t-elle laissé tomber.

Rien à perdre

Au début de la soixantaine, Chantal Baril s’est dit qu’elle n’avait rien à perdre en tentant sa chance pour le rôle de Francine Bienvenue.

« Ça peut être intéressant, aussi, de voir un corps normal, qui n’est pas parfait. On en voit peu. On voit soit des femmes très belles de 30 ans ou on n’en voit pas.

« Vieillir fait partie de la vie et je trouvais qu’il s’agissait d’une belle opportunité. Il a fallu que je travaille fort mentalement et ce fut beaucoup plus facile que je le pensais. C’est incroyable, pour moi, d’avoir réussi à passer à travers ça. C’est fou, parfois, comment un rôle peut nous amener à nous dépasser comme humain. C’est ça, aussi, la beauté de ce métier », a-t-elle ajouté.

La comédienne explique que le plateau fermé, avec une toute petite équipe, a contribué à rendre les choses plus faciles. Tout comme l’application d’un produit pour uniformiser la couleur de la peau.

« C’était comme si j’avais une petite pellicule. Je me sentais presque habillée et c’est fou, la confiance que ça m’a donné », a raconté celle qui vient d’entamer, pour une 29e saison, les voix de Milhouse et Patty dans la version québécoise de la série Les Simpsons.


► Faits Divers est diffusée les mardis à 21 h sur ICI Radio-Canada.