/opinion/blogs/columnists
Navigation

Enlevez le crucifix!

Bloc religion Quebec, Assemblée nationale
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

La première fois que j’ai entendu parler de la charte des valeurs de Bernard Drainville, la première question que j’ai posée est: «Vont-ils enlever le crucifix de l’Assemblée nationale?»

Si ce n’est pas le cas, on a une laïcité bancale. Ou une laïcité à deux vitesses. Ou une laïcité à géométrie variable.

J’ai appuyé à 100% la Charte de Drainville. J’ai déploré que le PQ n’accepte pas la «main tendue» offerte par la CAQ qui aurait réglé la question une fois pour toutes.

Mais il n’en restait pas moins que l’on ne peut pas exiger une neutralité des employés de l’État si l’État lui-même n’est pas complètement neutre.

La question s’est reposée en 2017 lorsque le crucifix de l’hôpital St-Sacrement a été retiré. Je n’en revenais pas que Bernard Drainville, monsieur laïcité, s’y oppose (il faut rappeler qu’il était alors, non pas ministre, mais coanimateur à la radio de Québec...).

Encore une fois, un hôpital est une institution étatique et n’a pas à être marqué au fer de la religion, n’importe quelle religion.

La question se repose ces jours-ci. J’appuie à 100% la décision de François Legault d’interdire le port de signes religieux ostentatoires par les employés de l’État.

Personnellement, j’y ajouterais aussi les employés de CPE.

Mais si Legault veut être conséquent, il doit offrir en contrepartie le retrait du crucifix. Sinon, ce sera toujours un argument dans la besace des opposants. «Pourquoi tu me demandes de retirer MON signe si tu n’enlèves pas le tien?»

Par contre, je n’achète pas du tout l’argument soulevé par certains qui parlent de «catho-laïcité». La mesure de Legault s’applique à toutes les religions, tous les signes religieux: la croix autant que la kippa, la croix autant que le turban, et la croix autant que le hijab.

Il faut faire preuve de mauvaise foi (comme certains chroniqueurs ou un certain PM à Ottawa) pour tordre les propos de Legault et en faire uniquement une «chasse aux pauvres femmes musulmanes».

Enfin, une dernière réflexion au sujet de ces signes religieux. Ça m’amuse beaucoup d’entendre ou de lire certains commentateurs qui affirment que «leur religion exige qu’ils portent ces signes ostentatoires». Comment se fait-il que certains membres de ces mêmes communautés ne portent pas ces signes? Y a-t-il des bons juifs qui portent la kippa... et les autres? Non, alors ce n’est pas une «obligation».

Et puis, on s’entend. Le fait d’être diabétique nous oblige à nous piquer à l’insuline. Le fait d’être cœliaque nous oblige à consommer des produits sans gluten.

Alors que les croyants ne font face à aucune «obligation». S’ils portent un signe ou un autre, c’est de leur propre volonté.

Ils peuvent donc fort bien s’accommoder de le retirer lors de leur arrivée au travail, pour le remettre en quittant.

Le ciel ne va pas s’ouvrir au-dessus de leur tête. Et la main de leur Dieu ne va pas venir les écraser. Ils ne seront pas foudroyés pour non-respect d’un dogme.

N’oublions pas que nous parlons bien ici de c.r.o.y.a.n.c.e.s.

AJOUT: Si vous me parlez d’ôter la croix sur le mont Royal, c’est que vous n’avez RIEN compris. Les députés ne siègent pas sur le mont Royal, le mont Royal n’est pas un lieu politique. Même chose pour les noms de rue en St-, pour les croix de chemin et compagnie. Il ne s’agit pas de retirer des vestiges historiques de l’emprise du catholicisme au Québec, il s’agit de respecter le principe, la base même de la laïcité: séparer Église et État.