/misc
Navigation

Le PLQ doit rompre avec le couillardisme

Après cinq ans de couillardisme, le PLQ semble être réduit à promettre de créer un «secrétariat aux relations avec les Québécois d’expression française». Ce n’est presque pas une blague!
Photo Jean-François Desgagnés Après cinq ans de couillardisme, le PLQ semble être réduit à promettre de créer un «secrétariat aux relations avec les Québécois d’expression française». Ce n’est presque pas une blague!

Coup d'oeil sur cet article

Bien sûr, il faut rendre hommage à Philippe Couillard.

Homme de qualité, extrêmement intelligent, cultivé, il est beaucoup moins « froid » que ce que les langues sales aiment à faire croire.

Ces qualités humaines faisaient que les habits de premier ministre faisaient très bien à M. Couillard.

Toutefois, pour renouer avec ce qu’il y a de mieux dans son histoire, le Parti libéral doit rapidement se distancer de ses idées.

Multiples causes

Celles-ci ne sont pas l’unique cause de la défaite historique qu’il a connue lundi.

Un parti qui reste au pouvoir 15 ans avec un seul intermède de 18 mois ne peut éviter l’accumulation de griefs.

Un gouvernement qui fait des compressions et qui, par la suite, joue sur les mots (rigueur et non-austérité !), en manquant de sensibilité quant aux effets de ses choix, mine sa réélection. Surtout si, à la dernière minute, il se met à dépenser comme un marin en cavale afin de se faire élire.

Rapport aux francos

Reste que les idées de Philippe Couillard ont fait grand tort au PLQ. Une confidence de l’ex-ministre Hélène David l’a fait comprendre hier : « Ce n’est pas normal que des francophones nous désertent, il faut aller leur parler. »

Après cinq ans de couillardisme, le PLQ semble être réduit à promettre de créer un « secrétariat aux relations avec les Québécois d’expression... française ». Et ce n’est presque pas une blague !

Pourtant, dès avril 2016, une chroniqueuse qu’on ne peut soupçonner d’accointances nationalistes, Lysiane Gagnon, écrivait dans La Presse : « Comment un gouvernement québécois peut-il s’éloigner à ce point de la majorité francophone ? »

Depuis, aucun progrès n’a été fait en ces matières. Au contraire !

Culpabilisation permanente

En réécoutant le discours de départ de Philippe Couillard, on comprend mieux. Aux yeux du chef démissionnaire, le risque principal au Québec est une sorte de tyrannie de la majorité.

« La majorité n’a pas tous les droits, et ceux qu’elle exerce doivent être compensés par la protection de ceux des minorités. »

Or, si les francophones sont une majorité au Québec, ils sont fortement minoritaires dans ce continent. C’est un fait.

Auquel le couillardisme – comme le trudeauisme dont il n’est qu’une copie – répond : il faut d’abord et avant tout se méfier du fait qu’elle est une majorité. Et, surtout, ne jamais revendiquer pour les Québécois la protection due aux minorités. Car ce serait céder à une « mentalité d’assiégé », pour reprendre une expression chère à M. Couillard.

« On se demande pourquoi il a tant voulu devenir premier ministre », s’interrogeait Lysiane Gagnon en 2016. Il est curieux en effet celui qui veut diriger un peuple dont il se méfie tant.

Dans son allocution finale, M. Couillard parle avec émotion de « nos libertés [...] défendues jusqu’au sacrifice ultime ». À l’évidence, lui – père d’un militaire – évoque l’engagement de Canadiens français contre l’hydre nazie lors de la Seconde Guerre mondiale.

Il ne semble pas penser aux âpres combats des francophones partout dans ce Dominion – y compris au Québec – pour défendre leurs droits et leurs libertés collectives, alors qu’ils étaient considérés comme des « conquis ».

Cela gâcherait une fable commode selon laquelle « Québécois, c’est notre façon d’être Canadien ». MM. Couillard et Fournier ont même fait de la formule une politique officielle déposée en juin 2017.

Comme le fait remarquer avec justesse Jean-François Simard (nouveau député caquiste de Montmorency) dans un essai publié avant l’élection, « pendant longtemps, surtout à l’extérieur du Québec, être francophone n’était pas une manière d’être Canadien ».

Pour les Québécois francophones de toutes les origines, encore aujourd’hui, des risques existent. Notamment parce que l’État du Québec a toujours un statut politique incertain, ce que le couillardisme reconnaît distraitement, mais n’a rien fait pour corriger.

La citation de la semaine

« Il laisse la maison en ordre, les finances publiques en ordre, il n’y aura pas de surprise. » – François Legault, premier ministre désigné, à propos de Philippe Couillard

Le carnet de la semaine

Kakistocratie

Après cinq ans de couillardisme, le PLQ semble être réduit à promettre de créer un «secrétariat aux relations avec les Québécois d’expression française». Ce n’est presque pas une blague!
Photo TVA Nouvelles

Les adversaires idéologiques de la CAQ semblent ne pas vouloir donner la chance au coureur. Le parti de François Legault a été élu lundi, le Conseil des ministres n’a pas encore été assermenté, mais ils font déjà circuler ce mot pour désigner l’équipe qui sera au pouvoir : « kakistocratie ». Sa signification ? « À l’inverse de l’aristocratie, de “kratos”, le pouvoir, et “aristos”, excellent, [...], “kakistos” désigne “le pire” : une kakistocratie est donc le pire gouvernement, ou le gouvernement des pires, des plus mauvais » !


Gaudreault vs sondeur

Après cinq ans de couillardisme, le PLQ semble être réduit à promettre de créer un «secrétariat aux relations avec les Québécois d’expression française». Ce n’est presque pas une blague!
Photo Agence QMI, Simon Clark

Une colère gronde contre les sondeurs dans tous les partis. Les libéraux estiment qu’ils ont nourri chez eux de faux espoirs. Les caquistes leur en veulent, car ils ont eu peur de perdre, alors qu’il n’y avait pas vraiment de danger. Sylvain Gaudreault, du PQ, a été réélu dans Jonquière après plusieurs sondages locaux qui le donnaient perdant. Quand, dans Twitter, le vice-président de la firme de sondage Mainstreet, Steven Pinkus, l’a félicité pour sa victoire en admettant s’être trompé dans l’un de ses coups de sonde, M. Gaudreault lui a rétorqué : « Quoi ?! Tu sèmes le doute dans la population et tu penses que t’as juste à t’excuser et à féliciter ? Espèce d’irresponsable ! » Le sondeur a répondu que le sondage a peut-être fouetté ses troupes. Réplique du député : « De quoi tu te mêles ? Nous n’avons pas besoin de tes trucs ni de tes “amis” pour nous faire travailler plus fort. Notre seul carburant est les convictions et la rigueur. »


Pierre n’ira pas chez Paul

Après cinq ans de couillardisme, le PLQ semble être réduit à promettre de créer un «secrétariat aux relations avec les Québécois d’expression française». Ce n’est presque pas une blague!
Photo Jean-Francois Desgagnés

Élu chef par intérim du Parti libéral hier, Pierre Arcand a dû répondre à une question embarrassante dès sa première conférence de presse : va-t-il pouvoir aller au micro de Paul Arcand, son frère ? « La beauté, c’est qu’il prend congé de temps en temps et, dans ce temps-là, au 98,5, on m’appelle et puis on me dit : “Vous pouvez passer.” Et il y a d’autres émissions, également, dans la journée. Alors... » La journaliste Caroline Plante, de la PC, a insisté : « Alors, vous allez éviter d’aller à son émission ? » Réponse : « Bien, c’est-à-dire, je vais y aller si je suis invité. » La journaliste le relance « Vous allez y aller ? » M. Arcand : « Je vais y aller s’il m’invite. Mais je suis loin d’être sûr qu’il va m’inviter. » Mme Plante : « Mais est-ce que votre frère est dans une position un peu délicate ? » M. Arcand : « Bien oui, mais... qu’est-ce que vous voulez. [...] Ça fait des années que ça fonctionne de même. »