/travel/outdoors
Navigation

D’éclatantes randonnées automnales

Coup d'oeil sur cet article

Les couleurs automnales qui enflamment les arbres donnent le signal de départ pour une randonnée en forêt ! Voici cinq destinations colorées à redécouvrir en cette éclatante période de l’année.

Parc national de la Jacques-Cartier

Défis pour tous les randonneurs

Photo courtoisie, Mathieu Dupuis/Sépaq

Le sentier Les Loups est certainement le plus connu du parc national de la Jacques-Cartier. Les spectaculaires vallées de la Jacques-Cartier et de la Sautauriski se dévoilent le long du parcours de niveau difficile (11 km aller-retour), présentant un dénivelé de 447 m.

Soyez assurés que vos efforts seront récompensés tout au long du parcours ! L’Explorateur Parc Parcours, une application qu’il suffit de télécharger sur votre cellulaire, vous permettra même de découvrir la nature environnante dans ses moindres détails au cours du sentier.

Le Scotora représente également un défi de taille, avec l’ascension du mont Andante qui s’élève à 809 m. Un périple d’environ 5 h 15 aller-retour !

Évidemment, avec ses 100 km de sentiers, le parc national de la Jacques-Cartier comble les attentes des randonneurs aguerris, mais aussi de ceux qui préfèrent des parcours intermédiaires et des balades familiales.

Choisissez votre itinéraire selon le degré de difficulté souhaité, mais aussi les richesses de la nature qu’il renferme, comme une rivière, des gorges, des parois rocheuses, une tourbière, des méandres, etc. Chaque randonneur trouvera son propre défi à relever !

► Pour informations : sepaq.com

Parc national des Grands-Jardins

Les hauteurs de Charlevoix

Photo courtoisie, Steve Deschênes / Sépaq

 

L’automne s’accorde très bien avec une escapade dans Charlevoix, jusqu’au parc national des Grands-Jardins peut-être, pour y joindre les joies de la randonnée en montagne.

Le sentier incontournable de ce parc, celui qui a pour ligne d’arrivée une vue magnifique sur l’astroblème de Charlevoix et le massif laurentien, à 980 m d’altitude, est certainement le Mont-du-Lac-des-Cygnes.

Ce parcours difficile de 8,6 km (aller-retour), où croît une végétation montagnarde subalpine qu’il faut protéger, laisse des souvenirs colorés à l’automne.

Un autre sentier, intermédiaire celui-ci, offre un spectacle majestueux, et ce, dès le premier kilomètre. Il s’agit de La Chouenne, qui mène à un sommet de 730 m d’altitude, puis à de beaux points de vue sur la vallée et sur la façade du mont du Gros Bras.

Plusieurs autres sentiers, plus faciles, jalonnent la multitude de paysages du parc national des Grands-Jardins (taïga, toundra, forêt de feuillus, forêt boréale, végétation montagnarde), à travers un réseau de sentiers de 30 kilomètres, rendant les beautés naturelles et les joies de la marche en forêt accessibles à tous.

► Pour informations : www.sepaq.com

Parc de la Forêt ancienne du mont Wright

Randonnée près de la ville

Photo courtoisie, AF2R / Parc de la Forêt ancienne du Mont Wright

Pas besoin de s’éloigner de la ville pour trouver une montagne à gravir, lorsqu’on connaît le parc de la forêt ancienne du mont Wright, situé dans la municipalité des cantons unis de Stoneham-et-Tewkesbury, à l’entrée de la réserve faunique des Laurentides.

Cette forêt ancienne en territoire privé, vouée à l’écotourisme et à la conservation, occupe 1,9 km² et propose une dizaine de kilomètres de sentiers de randonnée, ainsi que des voies et blocs qui font le bonheur des amateurs d’escalade.

Plusieurs sentiers, sillonnant la forêt de bois nobles, offrent différents degrés de difficulté pour se rendre au sommet du mont Wright, qui atteint 483 m de hauteur.

Photo courtoisie, Mathilde Crépin-Bournival / Parc de la Forêt ancienne du Mont Wright

Les sportifs qui recherchent les sensations fortes, tout comme les jeunes familles, trouveront un itinéraire qui leur convient.

Profitez de votre escapade pour visiter les abris sous les roches et pour découvrir l’histoire de la famille Wright ainsi que la riche biodiversité du site.

Par ailleurs, le samedi 13 octobre, de 10 h à 15 h, prenez part à la grande corvée d’automne (entretien des sentiers, réfection des ponceaux, fermeture des sentiers secondaires, etc.) pour préserver la beauté de ce joyau tout en jouant dehors !

► Pour informations : af2r.org/mise-en-valeur-et-conservation/parc-de-la-foret-ancienne-du-mont-wright

Parc naturel régional de Portneuf

Comme un gardien de feu

Photo courtoisie, Rolland Hamel / Parc naturel régional de Portneuf

Cet automne au parc naturel régional de Portneuf, à Saint-Alban, rendez-vous aux chutes à Marcotte (secteur des lacs Long et Montauban), qui ne manqueront pas de vous impressionner, pour parcourir le sentier du même nom (boucle intermédiaire de 7,4 km).

Celui-ci vous guidera jusqu’au plus beau point de vue du parc !

Profitez-en pour sillonner le sentier des Marmites (750 m, facile), niché dans un ancien lit de rivière, où l’ambiance et les parfums y sont frais.

Photo courtoisie, Andréanne Marcotte /Parc naturel régional de Portneuf

Peut-être serez-vous plutôt attirés par le sentier de la Montagne de la Tour (11 km aller-retour, difficile), qui commence à l’anse à Beaulieu et guide les randonneurs dans une érablière à bouleaux jaunes, jusqu’au sommet de la montagne.

C’est à cet endroit où, jadis, le gardien de feu pouvait déterminer où un feu de forêt faisait rage.

Par temps clair, il est possible de voir aussi loin que la tour de la Cité de l’énergie à Shawinigan.

Venez parcourir ce territoire de 73 km² aux attraits géomorphologiques exceptionnels.

► Pour informations : parcportneuf.com

Parc des Appalaches

Aiguisez votre curiosité naturelle

Photo courtoisie, Jean Beaulieu / Parc des Appalaches

Non loin de la frontière du Maine, au sud de la ville de Montmagny, le parc des Appalaches fait découvrir aux randonneurs sa faune, sa flore et ses curiosités naturelles à travers 140 km de sentiers.

Selon les coups de cœur des visiteurs, l’ascension du mont Sugar Loaf (Sainte-Lucie-de-Beauregard), se dressant à une altitude de 650 m, pourrait très bien représenter le point culminant de votre automne, avec sa vue dégagée à près de 360 degrés sur les collines appalachiennes et la région environnante.

Photo courtoisie, Parc des Appalaches

Du côté de Saint-Fabien, le sentier de l’Érablière, très coloré en cette période de l’année, offre une vue imprenable sur le lac Talon, tandis que celui des Chutes du ruisseau des cèdres permet d’admirer les différents paliers de cette chute en cassant la croûte.

Tourbières et milieux humides, eskers, passerelles, blocs erratiques, structures de lave, plages naturelles, cours et étendues d’eau, etc., enrichissent également ce parc réservant mille et une surprises. À vous de les découvrir !

Des refuges sont aussi disponibles pour les aventuriers qui souhaiteraient y réaliser une randonnée de plus d’une journée.

► Pour informations : parcappalaches.com