/news/currentevents
Navigation

[VIDÉO] La statue de John A. Macdonald encore vandalisée

[VIDÉO] La statue de John A. Macdonald encore vandalisée
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Une fois de plus, la statue du premier premier ministre du Canada, John A. Macdonald, située à la place du Canada au centre-ville de Montréal, a été aspergée de peinture rouge au cours de la nuit de samedi à dimanche.

De la peinture était toujours visible sur la statue dimanche matin, a pu constater l’Agence QMI.

Une vidéo de quelques secondes partagée par le site de nouvelles militant de gauche No Border Media, montre la statue en train d’être aspergée de peinture rouge. Selon un communiqué non signé diffusé par ce média, les auteurs de cette action ont choisi de cibler ce moment «comme clair symbole du colonialisme, du racisme, et de la suprématie blanche».

 

Cet événement survient alors qu’une manifestation visant à dénoncer le racisme doit se tenir à partir de 15 h à Montréal.

Considéré comme l’un des pères fondateurs du Canada, John Alexander Macdonald est devenu le premier dirigeant du pays en 1867. À la fois célébré pour son apport à la création et au façonnement du Canada, il est aussi conspué pour son rôle joué dans la création des pensionnats autochtones. Pendant près d’un siècle, environ 150 000 enfants indiens, inuits ou métis ont été arrachés à leur famille et placés dans ces écoles religieuses.

Les auteurs de l’acte de vandalisme commis ce week-end ont expliqué avoir été inspirés par le mouvement américain visant à retirer de l’espace public les monuments faisant l’apologie de la suprématie blanche. «La statue de Macdonald a sa place dans un musée, et non pas comme monument occupant l’espace public à Montréal», ont-ils souligné.

La statue de John A. Macdonald a fait l’objet de plusieurs actes de vandalisme au cours des dernières années. Elle a notamment été aspergée de peinture rouge en août dernier, ainsi qu’en novembre 2017.

La mairesse de la Ville de Victoria avait suscité la polémique au pays, l’été dernier, en décidant de retirer une statue de Macdonald qui était située devant l’hôtel de ville, dans une volonté de réconciliation avec les peuples autochtones.