/24m/urbanlife
Navigation

Les placottoirs à la hausse dans certains arrondissements

GEN-PLACOTTOIRS-MONTREAL
SARAH DAOUST-BRAUN/24 HEURES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les placottoirs gagnent en popularité dans certains arrondissements montréalais comme Le Plateau-Mont-Royal et Rosemont–La-Petite-Patrie, qui comptaient respectivement 34 et 14 aires de détente sur rue cette année.

Sur Le Plateau-Mont-Royal, on dénombre neuf placottoirs publics et 25 privés associés à des commerces, soit huit de plus au total qu’en 2017. On recensait seulement deux de ces lieux de repos dans l’arrondissement en 2014.

La conseillère d’arrondissement dans le district du Mile-End Marie Plourde constate une «belle progression» d’année en année. «Ce sont des lieux de rassemblement et de rencontres, c’est toujours ce qu’on a voulu. C’est aussi une façon d’apaiser la circulation.»

Selon l’arrondissement, les placottoirs installés sur la chaussée permettent aussi d’embellir les rues commerciales et d’augmenter l’achalandage, d’élargir les trottoirs et de rendre l’espace plus dynamique.

Marie Plourde assure que Le Plateau-Mont-Royal a envie d’ajouter d’autres placottoirs publics les prochaines années, mais qu’il est limité par l’espace de rangement pendant la saison froide. Les placottoirs devraient être retirés d’ici le mois de novembre, selon les arrondissements.

Les placottoirs privés sont de leur côté rattachés à un établissement ou un organisme sans but lucratif, mais restent des lieux publics où le service et la vente sont interdits. Le permis est gratuit, et il n’y a pas de frais d’occupation. Des frais d’études techniques pour l’aménagement peuvent s’appliquer, en fonction des arrondissements.

Visibilité

Pierre-Olivier Masse, propriétaire du café Carmen & Felipe, a accueilli avec joie l’aménagement d’un placottoir public feuillu devant son commerce cette année, à l’angle de l’avenue Laurier et de la rue Saint-Hubert. Il discutait depuis trois ans avec l’arrondissement pour que son tronçon de rue soit enjolivé.

«Cela a été très, très positif pour mon commerce», a-t-il affirmé, ne pouvant chiffrer l’effet sur l’achalandage, mais soutenant avoir eu davantage de visibilité.

Ailleurs à Montréal

Du côté de Rosemont–La-Petite-Patrie, neuf placottoirs privés ont été installés en 2018, soit trois de plus qu’en 2017. Cinq placottoirs publics, dont deux nouveaux, ont aussi été aménagés et se trouvent tous sur la rue Masson. Les trois autres ont été récupérés des travaux sur la rue Saint-Hubert et de l’avenue Shamrock.

L’arrondissement du Sud-Ouest a aussi vu son nombre d’aires de détente augmenter, passant de deux placottoirs l’année dernière, à sept en 2018. Trois installations ont été demandées par la Société de développement commercial Les Quartiers du Canal.

D’autres arrondissements ont aussi emboîté le bas, comme dans Mercier–Hochelaga-Maisonneuve où on a compté six placottoirs publics cette année. Depuis 2015, quatre placottoirs et six accotoirs sont aussi installés à la Place de Castelnau, une place publique dans le quartier Villeray.

Des placottoirs ou du mobilier pour piétons peuvent également avoir été aménagés dans d’autres arrondissements, notamment dans le cadre du Programme d’implantation de rues piétonnes et partagées de la Ville de Montréal.