/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Patricia Paquin et Guylaine Tremblay brisent leur image

Guylaine Tremblay
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Avez-vous vu Le magasin à 1 $, le dernier clip des rappeurs Seba et Horg, qui nous avaient déjà donné le jouissif Vintage à l’os ?

On y voit Patricia Paquin hyper sexy, plutôt lubrique, qui s’envoie allègrement en l’air avec un vendeur dans l’entrepôt d’un magasin à 1 $. Et on y aperçoit Guylaine Tremblay qui fait du vol à l’étalage et met des boîtes de conserve dans son manteau.

Bravo ! Que ces deux femmes, qui ont des images de femmes parfaites, brisent ainsi leur « mythe », je trouve ça audacieux et même... courageux.

Dis-moi qui tu es

On vit à une époque où tout le monde prend tout au pied de la lettre. Où chaque geste, chaque déclaration sont analysés, décortiqués. Malgré l’évolution des mentalités, beaucoup de gens sont encore incapables de faire la différence entre un rôle joué à l’écran et la « vraie vie ».

Je pensais tomber en bas de ma chaise quand j’ai lu l’autre jour dans La Presse que Claire Jacques, la comédienne qui incarne Solange la malpropre dans Unité 9, se fait insulter dans la rue par des gens qui pensent vraiment qu’elle ne se lave jamais.

On pensait que, depuis l’époque où des téléspectateurs envoyaient des conserves à Donalda des Pays d’en haut, le public savait faire la différence entre le personnage à l’écran et le comédien qui l’incarne.

C’est pour cette raison que je trouve Patricia Paquin pas mal effrontée de casser son image de mère parfaite, de copine qu’on adorerait avoir et d’épouse charmante. Il y a sûrement quelques fans finis qui ne comprendront pas le deuxième degré.

Quant à Guylaine Tremblay, qui s’amuse à jouer aux pickpockets dans les allées d’une épicerie, espérons que personne ne pensera qu’elle a vraiment besoin de piquer de la bouffe pour se nourrir !

Dans le clip de Seba et Horg, on voit aussi Gino Chouinard, carrément méconnaissable en « yo » qui se promène avec son ghettoblaster sur l’épaule. Mais on s’entend que, même s’il casse son image de « petit gars parfait », il court moins de risques que Guylaine et Patricia.

De fanfreluche à Annie Brocoli

Parlant de briser son image. Avez-vous vu les photos d’Annie Brocoli pour son livre sur la dyslexie ? Ayoye, méchant pétard ! Après avoir présenté un spectacle décoiffant au Zoofest l’année dernière, et maintenant qu’elle a fait une croix définitive sur sa carrière de chanteuse pour enfants, elle assume plus que jamais son côté « vavavoum ». Mettons que ça doit faire du bien de porter des décolletés au lieu du costume de Germaine la grenouille végétarienne.

Il y a plusieurs années, aux Choix de Sophie, à Télé-Québec, Kim Yarochevskaya m’avait raconté une anecdote savoureuse.

Celle qui avait incarné pendant 15 ans Fanfreluche dans des émissions comme La Boîte à surprise, avait joué au théâtre le rôle d’une prostituée dans une pièce de Bertold Brecht.

Elle est arrivée sur scène avec un maquillage dégoulinant et des bas déchirés. Une belle guidoune. Avant même qu’elle ait pu placer sa première réplique, un spectateur dans la salle s’était écrié : « Fanfreluche ! »

Comme quoi, on a beau essayer de casser son image, il y a des fois où c’est plus difficile que d’autres...