/news/currentevents
Navigation

Meurtre à Drummondville: Son ex-conjoint n'acceptait pas qu'elle le quitte

Nathalie Blais avait peur de son ex et avait demandé à une amie de l’accompagner.
Photo tirée de facebook Nathalie Blais avait peur de son ex et avait demandé à une amie de l’accompagner.

Coup d'oeil sur cet article

Une mère de quatre enfants a été tuée par son ex lundi alors qu’elle tentait de récupérer un ordinateur portable. L’homme a ensuite retourné l’arme contre lui.

Nathalie Blais, 48 ans, s’est présentée lundi matin chez son ex-conjoint, Pierre Chaperon, pour aller chercher son ordinateur.

Nathalie Blais avait peur de son ex et avait demandé à une amie de l’accompagner.
Tirée de Facebook

Elle a fréquenté l’homme de 58 ans pendant environ six mois et l’a laissé il y a près de quatre semaines. Comme elle avait peur de le revoir, elle avait demandé à une amie de l’accompagner à la maison de la rue des Éperviers à Drummondville.

Deux coups de feu

L’amie a cogné à la porte de M. Chaperon quand elle a constaté que Mme Blais tardait à revenir, comme il avait été convenu entre les deux femmes. L’amie qui souhaite garder l’anonymat a tenté d’ouvrir la porte, mais elle était barrée. Elle a ensuite vu un canon de fusil et a entendu deux coups de feu, selon ce qu’elle a déclaré à TVA Nouvelle.

Nathalie Blais avait peur de son ex et avait demandé à une amie de l’accompagner.
Caroline Lepage

Selon la porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ), Aurélie Guindon, les policiers se sont rendus, vers 11 h, sur place après un appel portant sur de possibles coups de feu. Vers 16 h 15, ils ont découvert les corps inanimés des deux ex-conjoints. La SQ privilégie l’hypothèse du meurtre suivi d’un suicide.

Révolte

Ce drame révolte les proches de la victime, qui avait quatre enfants.

«Il n’avait pas le droit de te faire ça à toi, ma petite maman d’amour. Je ne te verrai plus jamais. [...] Ça me dévaste totalement», a écrit sa fille Crystal Godbout, sur Facebook.

Celle-ci déplore que l’ex-conjoint, qui a sombré dans une dépression après la rupture, ne soit pas allé chercher de l’aide.

«Il me semble qu’il aurait dû consulter. Ma mère n’avait pas à en payer le prix de cette manière», a-t-elle déclaré.

Coup de foudre

Selon une proche de M. Chaperon, ce dernier aurait eu le «coup de foudre» pour Mme Blais.

«Il est tombé en amour trop fort, trop rapidement», a partagé l’amie qui souhaite garder l’anonymat.

Les deux se fréquentaient lorsque M. Chaperon, qui travaillait comme camionneur sur de longues distances, revenait à Drummondville.

Après la lune de miel, le couple a pris un temps de réflexion qui a abouti à une rupture.

«Quand tu lui parlais, tu voyais qu’il n’était plus là. Tu voyais la peine. Il faisait une dépression souriante», a rapporté son amie.

«Je lui en veux d’avoir emporté Nathalie avec lui. [...] Ses enfants, pour elle, c’était de l’or», a-t-elle exprimé.