/24m/city
Navigation

Montréal reconnaît la pénurie de logements étudiants

Montréal reconnaît la pénurie de logements étudiants
PHOTO SARAH DAOUST-BRAUN

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Montréal est consciente de la pénurie de logements étudiants sur son territoire et veut poursuivre ses actions pour y remédier, en triplant entre autres son aide financière pour la construction d’un projet de 90 logements abordables sur le Plateau-Mont-Royal.

La Ville a décidé d’augmenter sa subvention de 500 000 $ à 1,6 million $ pour le projet La Note des bois sur l’avenue Papineau, mené par l’Unité de travail pour l’implantation de logement étudiant (UTILE).

Le bâtiment de 144 chambres pourra accueillir ses premiers locataires en 2020 et comprendra des studios et des appartements de deux à quatre chambres à coucher pour étudiants. La construction devrait commencer d’ici la fin de l’année.

Le budget total est passé de 14 à 18 millions $, attribuable à l’augmentation des coûts de construction dans la métropole, selon le coordonnateur général de l’UTILE, Laurent Levesque.

Il a souligné que ce projet est un bon pas pour l’augmentation du nombre de logements dédiés aux étudiants à Montréal, mais qu’il reste encore beaucoup de travail à faire.

«Quand on se compare, on réalise qu’on a beaucoup moins de résidences et de logements étudiants que d’autres métropoles de calibre semblable. À titre d’exemple, Boston accueille la moitié de sa population étudiante dans des logements étudiants dédiés alors qu’à Montréal, c’est moins de 10 %», a indiqué M. Levesque, précisant que la situation était similaire dans le reste de la province.

Selon ce dernier, les besoins sont plus importants dans les arrondissements où se concentre la population étudiante comme Ville-Marie, Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce et le Plateau-Mont-Royal.

Aider aussi les familles

«Là-dessus, il n’y a pas de doute, c’est clair qu’il y a une pénurie et un des axes sur lesquels on veut agir, mais aussi, il faut penser à du logement abordable pour différents projets communautaires connectés aux besoins de la population», a soutenu la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

La mairesse a expliqué qu’en construisant des logements abordables pour les étudiants, cela permettait aussi d’aider les familles montréalaises. «Une part importante de la demande pour les grands logements locatifs provient d’ailleurs des ménages d’étudiants qui vivent en colocation. Cette demande contribue à la pénurie de logements familiaux de trois chambres à coucher et plus.»

Selon cette dernière, le taux d’inoccupation pour ce type de logement était de 0,5 % sur le Plateau-Mont-Royal en octobre 2017.

Son administration a d’ailleurs promis de construire dans un premier mandat 6000 logements abordables et 6000 logements sociaux. Valérie Plante ne pouvait préciser mardi la cible que la Ville souhaite atteindre pour les logements étudiants abordables, mais a indiqué que les objectifs et les détails de cette stratégie en habitation seraient expliqués dans les prochaines semaines.

Elle a aussi appelé les gouvernements fédéral et provincial à finaliser rapidement l’entente dans le cadre de la Stratégie nationale sur le logement afin de déterminer les montants qui seront versés au Québec, et qui pourront donc aider Montréal. «C’est assez urgent», a-t-elle plaidé.