/opinion/blogs/columnists
Navigation

Quelqu’un s’ennuie de Jean Chrétien?

Jean Chrétien
Photo d'archives, Reuters Que voulez-vous? L'ex-premier ministre fédéral Jean Chrétien se mêle à nouveau de politique... québécoise.

Coup d'oeil sur cet article

Quelqu’un s’ennuie de Jean Chrétien? Comment ça, non? Bon. D’accord. Moi non plus...

L’ex-premier ministre fédéral aime bien se mêler de ce qui ne le regarde plus depuis longtemps. Faut croire, comme disait ma grand-mère, que le vinaigre conserve bien...

Cette fois-ci, c’est dans l’épineux dossier des signes religieux qu’il plonge tête première avec son raffinement intellectuel habituel...

Cet homme-là ne tourne pas les coins ronds. Ils les laminent littéralement.

En entrevue avec La Presse Canadienne, M. Chrétien s’est donc permis quelques éructations de son cru.

L’e-chef libéral et ex-premier ministre du Canada durant le scandale des commandites pense donc que les politiciens du Québec sont «pris au piège» dans un débat qui serait autant inexistant qu’inutile.

(Rappelons que le gouvernement élu de la CAQ s’est en effet engagé à présenter un projet de loi prévoyant l’interdiction du port de signes religieux pour les policiers, juges, gardiens de prison et enseignants. Si nécessaire – si une fois adoptée, cette loi est invalidée par les tribunaux -, il envisage aussi à terme d’invoquer la clause dérogatoire pour le faire. Tout ça est encore bien loin dans le temps.)

Comme quoi, Jean Chrétien recycle à nouveau ses mêmes superficialités sur la souveraineté qu’il jugeait aussi comme étant un débat inexistant et inutile...

Mais non! Il pousse l’enveloppe du mépris encore plus loin.

Cette fois-ci, ce n’est pas avec le projet souverainiste qu’il fait un parallèle, mais avec cette pauvre petite clause de «société distincte», incluse pour le Québec sous le gouvernement fédéral de Brian Mulroney, dans le cadre de l’Accord constitutionnel du Lac Meech, trucidé en juin 1990.

Et de Jean Chrétien de dire en effet que :

«Vous vous souvenez, quand tout le monde était pris au piège dans le débat sur la société distincte, (j'ai dit) : "Nous sommes coincés dans la neige. Que doit-on faire lorsque nous sommes coincés dans la neige? Se détendre, (rouler) un peu vers l'avant, un peu vers l'arrière, et finalement vous êtes de retour sur la route. Tout le monde était furieux que je dise des choses comme celle-là, mais il s'est avéré que j'avais raison. Je savais que le gars de Shawinigan s'en fichait éperdument

S’en «fichait éperdument»? 

Pardon, le mot «mépris» est insuffisant. Jean Chrétien a plutôt le dédain typique aux triomphateurs arrogants. Car triomphateur il fut avec son mentor Pierre Elliott Trudeau grâce à leur opposition véhémente de l’époque au même accord du Lac Meech.

Quant à la clause dérogatoire, Jean Chrétien en ajoute aussi une couche.

C’est toujours mieux de ne pas s’en servir, lance-t-il, parce «qu'il y a un prix important à payer, en fin de compte.»

Cela venant du même Jean Chrétien qui, en 1982, alors qu’il était ministre de la Justice sous Pierre Elliott Trudeau, signait la proclamation de la Loi constitutionnelle comprenant la nouvelle charte canadienne des droits. Laquelle, à son tour, contient à l’article 33 la même clause dite de dérogation ? Coudonc...

Mais attention, ça ne s’arrête pas là. Tant qu’à dire n’importe quoi, n’importe quand, aussi récemment qu’en avril 2017, le même Jean Chrétien déclarait tout le contraire.

En entrevue sur les ondes de la CBC, il disait plutôt ceci :

«J’y étais favorable (à la clause dérogatoire) parce que je pensais qu’on en avait besoin. On ne peut pas se reposer uniquement sur les tribunaux. (...) C’est pourquoi je suis heureux  qu’on ait une clause dérogatoire. Lorsqu’ils les écrivent, les juges savent que les gouvernements peuvent refuser un de leurs jugements

Bien malin celui ou celle qui réussira un jour à suivre les étonnantes circonvolutions émanant du cerveau mystérieux de Jean Chrétien.

Oh, oui. J’oubliais,

C’est aussi le même Jean Chrétien (heureusement, il n’y en a pas deux...), qui, en 2014, laissait tomber la grossièreté suivante.

Sur mon blogue, je rapportais en effet ceci :

«Dans une entrevue accordée au Sunday Post suivant la défaite du Oui en Écosse, l’ex-premier ministre libéral Jean Chrétien y va d’un aveu tout à fait candide sur l’organisation du fameux «love-in» fédéraliste tenu à Montréal quelques jours avant le référendum du 30 octobre 1995 en pleine remontée du Oui. (...)

«But in the last nine days I said to hell with the rules and organised a huge meeting in Montreal in which thousands of people flew in to send a message that we wanted Quebec to stay with us.» Traduction  libre: «Dans les derniers neuf jours, j’ai dit au diable les règles et organisé une énorme rencontre à Montréal où des milliers de personnes sont venues de partout pour envoyer le message à l’effet que nous voulions que le Québec reste avec nous.» (...) « Au diable les règles»... difficile d’être plus clair. L’homme en est même fier...»

En d’autres termes, pour ce qui est de servir des leçons de démocratie, on repassera dans le cas de Jean Chrétien.