/news/health
Navigation

De l’espoir pour traiter le cancer du cerveau

Un chercheur trouve la « synergie parfaite » pour prolonger la vie des malades

Le neurochirurgien et neuro-oncologue David Fortin, au CIUSSS de l’Estrie-CHUS, expliquant le nouveau traitement contre le cancer du cerveau.
Photo Alex Drouin Le neurochirurgien et neuro-oncologue David Fortin, au CIUSSS de l’Estrie-CHUS, expliquant le nouveau traitement contre le cancer du cerveau.

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | La découverte d’un chercheur de l’Estrie donne de l’espoir aux gens atteints du cancer du cerveau alors qu’ils pourraient vivre plus longtemps et en santé.

L’équipe du neurochirurgien et neuro-oncologue du CHUS, David Fortin, a mis au point une combinaison de traitements unique et personnalisée pour les patients ayant subi une récidive d’un cancer du cerveau.

La grande nouveauté tient dans l’analyse de la masse cancéreuse qui est retirée.

De nombreux tests effectués sur cette masse permettent d’établir un cocktail de traitements pour chacun des malades. Ces traitements incluent de la chimiothérapie et de la radiothérapie.

Auparavant, un patient qui devait se faire opérer pour une seconde fois recevait seulement de la chimiothérapie intra-artérielle après l’opération.

« Notre équipe de recherche a réussi à trouver la synergie parfaite entre la chimiothérapie et la radiothérapie pour traiter efficacement le cancer et prolonger la vie des patients de manière significative sans nuire à leur qualité de vie », a souligné le Dr Fortin.

Unique pour chacun

Au Canada, 2500 personnes reçoivent un diagnostic de cancer du cerveau chaque année.

« Nous prélèverons également un échantillon de la tumeur lors de la seconde opération [...] pour ajuster la médication et maximiser l’efficacité du traitement, a ajouté M. Fortin. Ça va nous permettre d’adopter un traitement unique pour chacun des patients », a expliqué le neurochirurgien.

Les façons, par exemple, de soigner un cancer du sein ou du poumon sont sensiblement toujours les mêmes.

Or, pour soigner un cancer du cerveau, il faut une approche davantage personnalisée pour chaque patient. Ce type de cancer est hétérogène, c’est-à-dire qu’il est différent d’un patient à l’autre.

« Il n’y a pas un patient pareil, et il n’y a pas une tumeur qui se traite de la même façon », a dit M. Fortin.

Selon le chercheur, les cancers du pancréas et du cerveau sont les formes de cancer les plus agressives. Il a également fait savoir que 25 % des personnes qui sont traitées pour un cancer au cerveau ne répondent pas aux traitements offerts.

« Rien de ce qu’on va faire ne sera miraculeux, mais on va quand même pouvoir améliorer la qualité de vie de plusieurs patients », a-t-il précisé.

À la recherche de patients

Le nouveau traitement vient d’être accepté par Santé Canada. Les tests sur les premiers patients humains pourront donc commencer sous peu.

L’équipe de David Fortin est à la recherche de volontaires pour effectuer les premiers tests. Une trentaine de patients de la province pourront faire l’essai de ce nouveau traitement.