/sports/fighting
Navigation

Stevenson prêt à défendre sa couronne

Le champion WBC des mi-lourds affrontera Gvozdyk le 1er décembre à Québec

Adonis Stevenson s’est présenté devant les journalistes avec une couronne sur la tête, mardi.
Photo Stevens Leblanc Adonis Stevenson s’est présenté devant les journalistes avec une couronne sur la tête, mardi.

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Adonis Stevenson aura des choses à prouver contre Oleksandr Gvozdyk, le 1er décembre au Centre Vidéotron, lors de la dixième défense de son titre WBC des mi-lourds.

On se souvient que « Superman » (29-1-1, 24 K.-O.), affecté par une grippe, avait connu une performance en dents de scie contre Badou Jack en mai dernier. Il s’en était tiré avec un verdict nul de justesse.

Il tentera de reléguer ces souvenirs aux oubliettes contre Gvozdyk, qui est son aspirant obligatoire depuis quelques mois. C’est la première fois que Stevenson se fait imposer un adversaire depuis son duel contre Tony Bellew, le 30 novembre 2013.

« Oleksandr est un boxeur qui a faim, a indiqué mardi Adonis Stevenson, qui s’est pointé à sa conférence de presse avec sa couronne de roi. Il veut devenir champion et il va tout donner dans le ring. Je devrai être prêt à 100 %, car c’est un boxeur dangereux. Je ne le prends pas à la légère. »

À 41 ans, Stevenson est bien conscient que ce sera de plus en plus difficile de demeurer compétitif dans la division des mi-lourds malgré sa force de frappe. Plusieurs jeunes loups cognent à sa porte. Cependant, le champion n’est pas encore prêt à parler de retraite.

« Ce n’est pas dans mes plans parce que j’ai commencé la boxe plus tard que les autres, a souligné “Superman”. Je dois cependant reconnaître que la boxe représente beaucoup de sacrifices pour moi et ma famille.

Avec mes revenus dans l’immobilier, je pourrais arrêter jeudi matin si je voulais. Par contre, j’aime encore boxer et c’est une passion pour moi. »

Gvozdyk absent

Pendant ce temps, Gvozdyk était présenté par le président de Top Rank, Todd DuBoef, à Québec, et son gérant Egis Klimas, qui a fait une brève déclaration par Skype. Pourquoi le boxeur n’était-il pas disponible ?

Il n’aurait pas de connexion avec son téléphone à l’endroit où il tient son camp d’entraînement sous la férule de Teddy Atlas. Après quelques recherches, Gvozdyk se trouverait dans la région d’Oxnard, en Californie.

« Oleksandr est très heureux d’avoir l’opportunité de prouver à quel point il est bon, a mentionné Klimas. Je crois que c’est le temps pour les jeunes boxeurs de grimper au sommet. »

Pour revenir à Atlas, il en sera à son premier combat avec Gvozdyk. Le bouillant entraîneur a accepté une offre du clan de l’aspirant obligatoire en septembre dernier.

Le combat à 20 h

Ceux qui souhaitent venir au gala Stevenson-Gvozdyk devront ajuster leurs montres. En raison du mégacombat des lourds entre Deontay Wilder et Tyson Fury, le duel entre le champion et son aspirant obligatoire sera présenté dès 20 h.

La demi-finale sera l’affaire de Premier Boxing Champions (PBC). C’est Al Haymon qui décidera de l’identité des deux pugilistes.

Pour ce qui est des autres combats sur la carte, Shakeel Phinn, Oscar Rivas et Mikael Zewski seront en action à compter de 17 h. Des trois, seul Zewski connaît l’identité de son opposant : Ali Funeka (39-10-3, 31 K.-O.).

Marie-Ève Dicaire et Sébastien Bouchard, eux, monteront sur le ring après l’affrontement Stevenson-Gvozdyk. Yvon Michel a annoncé qu’il avait conclu une entente de principe pour un combat de championnat du monde pour Dicaire. Elle affronterait la championne IBF des super mi-moyens, l’Uruguayenne Chris Namus (24-4, 8 K.-O.), mais le promoteur québécois n’a pas encore reçu le contrat signé.

Avant cette soirée, Phinn et Bouchard verront de l’action le 20 octobre au Casino de Montréal. Ils devront éviter une blessure lors de ces rendez-vous pour confirmer leur présence respective à Québec.

Par la suite, le Centre Vidéotron diffusera le combat Wilder-Fury sur l’écran géant pour compléter la soirée.