/sacchips/pushstart
Navigation

À quoi peut-on s'attendre de la PlayStation 5? Le chroniqueur Laurent LaSalle répond à la question!

À quoi peut-on s'attendre de la PlayStation 5? Le chroniqueur Laurent LaSalle répond à la question!

Coup d'oeil sur cet article

Kenichiro Yoshida, le grand patron de Sony, a affirmé cette semaine qu'une nouvelle génération de consoles était «nécessaire», laissant présager qu'on aura bel et bien droit à une PlayStation 5.

Si l'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, pour Sony, ce n'est pas déjà le moment d'abandonner le marché des consoles traditionnelles au profit d'un service de jeux exclusivement propulsés par le cloud.

La PlayStation 4 domine la génération actuelle en terme de ventes, et l'entreprise croit bien répéter le même exploit avec une nouvelle console, vraisemblablement en 2020.

Maintenant que l'on sait ce qui s'en vient, que nous réserve Sony? Permettez-moi de vous offrir quelques hypothèses et pistes de réflexion...

Une image 4K native

Il va de soi que la PlayStation 5 offrira un rendu pouvant atteindre l'ultra haute définition, du vrai 4K. La Xbox One X, qui soufflera sa première bougie le mois prochain, le permet déjà, tandis que la PlayStation 4 Pro exploite diverses techniques pour simuler une image 4K.

On peut donc s'attendre à une image plus nette, à un taux de rafraîchissement supérieur au cap de 30 fps qui prévaut actuellement sur les consoles 4K, à une multiplication du nombre de polygones, de meilleurs effets – lumière volumétrique, lumière spéculaire, réflexion, ombrages, etc.

Enfin, le taux de pénétration des téléviseurs 4K sur le marché international en 2020 devrait avoir franchi la barre des 50%. Sony ne fera absolument aucune concession à ce niveau, d'autant plus qu'il en est l'un des principaux fabricants.

Processeur de réalité virtuelle intégré

Le PlayStation VR a beau s'adresser à un marché niche, Sony n'a absolument pas l'intention de jeter l'éponge avec sa prochaine console.

Que l'on soit propriétaire d'une PS4 ou PS4 Pro, l'utilisation du PSVR impose d'y brancher un périphérique externe comprenant un processeur dédié servant à transposer l'image du jeu vers votre casque.

Si vous aimez les choses bien rangées, et que l'idée que ce ramassis de câbles donne à votre salon l'air d'un laboratoire digne du docteur Frankenstein, il y a fort à parier que la PlayStation 5 éliminera ce périphérique au profit d'une installation plus conviviale.

Parallèlement au lancement de la PlayStation 5, on peut aussi s'attendre à une nouvelle version du PlayStation VR offrant un sentiment d'immersion plus réaliste, notamment avec une amélioration de sa définition et de l'angle de son champ de vision.

Rétrocompatible avec les jeux PlayStation 4

L'époque ou l'achat d'une nouvelle console signifiait mettre au rancard la ludothèque de notre ancienne console est révolue.

Avec la PS4, Sony a choisi d'adopter l'architecture x86 – la même que sur PC, la même que Xbox One. Il serait extrêmement surprenant que Sony décide de réinventer la roue comme elle l'a fait avec la PlayStation 3 en choisissant une tout autre architecture: la PlayStation 5 conservera l'architecture x86. Par conséquent, elle pourra exécuter les jeux PS4.

Maintenant, ira-t-elle jusqu'à en améliorer le rendu?

Sur PC, après une mise à niveau, il est normal pour un «vieux» jeu de bénéficier d'un meilleur taux de rafraîchissement ou d'une meilleure définition.

On retrouve également sur Internet des mods de certains jeux permettant d'en améliorer les textures, bien que leur utilisation est réservée aux plus geeks d'entre-nous.

La PlayStation 5 pourrait en faire autant. Un brevet américain octroyé à Sony en mai dernier laisse d'ailleurs croire que cette capacité est à tout le moins explorée par l'entreprise.

Donc assurément compatible avec les jeux PlayStation 4, possiblement aussi avec les jeux PlayStation et PlayStation 2.

Le verdict est toujours en suspens en ce qui concerne les jeux PlayStation 3 : après tout, le service PlayStation Now a d'abord été créé pour compenser l'incapacité de la PS4 d'émuler l'architecture exploitée par la PS3.

La fin du support physique?

Qui de Sony ou Microsoft sera le premier à abandonner le lecteur optique au profit d'une distribution de contenus entièrement dématérialisée?

La réponse à cette question dépend de la stratégie de Sony à l'égard du possible backlash de ses fans.

Sans lecteur, le message serait le suivant : «Vous avez privilégié l'achat de copies physiques pour votre PlayStation 4? Désolé, la PS5 n'a pas de lecteur optique. Vous auriez dû faire vos achats uniquement sur le PlayStation Store si votre intention était de continuer de profiter de ces jeux.»

Si elle entrevoit que cette décision lui nuira, elle pourrait décider de conserver le lecteur, ou de le proposer en périphérique (lecteur externe).

Reste à voir maintenant si elle découragera les éditeurs à offrir leurs jeux PS4 en format physique, et ainsi miner sa relation avec les commerçants dont le chiffre d'affaires est intimement lié avec la vente de jeux physiques.

Il va de soi que les prochains jeux seront encore plus volumineux (Red Dead Redemption 2 représente à lui seul un téléchargement de plus de 100 Go) et qu'il est possible qu'une partie importante des propriétaires potentiels de PS5 ne possède pas une connexion Internet à tout casser.

Une console de transition

En début de semaine, Microsoft a dévoilé Project xCloud, une technologie permettant l'exécution de jeux vidéo via le cloud avec un taux de latence minime. Google en a fait autant la semaine dernière avec Project Stream.

Au Japon, il est possible de jouer à Resident Evil 7 et Asssassin's Creed Odyssey sur la Nintendo Switch via le cloud.

De son côté, Sony est déjà là. PlayStation Now est exactement ce genre de service.

Sony pourrait donc proposer aux joueurs deux options : faire l'acquisition d'une «véritable» PlayStation 5, puissante console pouvant exécuter elle-même ses jeux, ou faire l'acquisition d'une PlayStation 5 rudimentaire à moindre coût; une simple boîte connectée à un écran et à une manette alimentée par PlayStation Now (nécessitant une bonne connexion Internet et de payer un forfait mensuel à Sony).

Le retour en quelque sorte de la défunte PlayStation TV, une boîte qui pourrait faire concurrence à Apple TV, Roku ou Fire TV par la même occasion.

Avec Project xCloud, Microsoft a l'intention d'offrir «l'expérience Xbox One» à l'ensemble des téléphones, tablettes, PC, et téléviseurs intelligents en 2019. PlayStation Now peut d'ores et déjà être utilisé sur PS4 et PC, et le service pourrait tout aussi facilement être déployé vers d'autres écrans.

On peut donc s'attendre à moyen terme une importante transition qui suscitera de grands bouleversements, que l'on soit fan de PlayStation ou Xbox.

S'il sera toujours possible d'acheter nos jeux à la pièce et de les rouler soi-même sans avoir besoin d'une connexion Internet, cette neuvième génération de consoles de salon risque bel et bien de marquer la fin d'une époque.