/opinion/columnists
Navigation

Babel Québec

Coup d'oeil sur cet article

Naviguant encore sur le canal du Midi, je continue de suivre les péripéties québécoises dans la foulée de l’élection de la CAQ. François Legault n’a pas lésiné pour annoncer ses couleurs en matière de laïcité et les accusations de racisme et de fascisme n’ont pas tardé à retentir. Tiendra-t-il promesse ou reculera-t-il sous les pressions d’une minorité qui rejette toutes contraintes sociales ?

« Individualistan »

Plusieurs des contestataires criant au racisme s’insurgent du non-respect de leurs droits individuels et voudraient se comporter comme s’il n’y avait ni langue commune ni frontières. Se prétendant citoyen du monde, la société québécoise n’existe tout simplement pas pour eux et le pays se résumerait à leur individualité.

Pourtant, le futur gouvernement caquiste apparaît plus que raisonnable dans ses intentions sur la laïcité, la langue et l’immigration. Il refuse aux employés gouvernementaux en autorité, y incluant les enseignants, le port de signes religieux durant le travail. Il veut défendre la primauté du français dans l’espace public. Il souhaite une meilleure intégration des immigrants. En fait, les ingrédients essentiels à un vivre ensemble harmonieux.

Les vents contraires

Une Suisse alémanique, avec laquelle je bavardais sur le bord d’une écluse, m’exprimait sa déconvenue de voir ses enfants soumis à l’apprentissage de l’anglais comme langue seconde dans son pays où il y a quatre langues officielles n’incluant pas l’anglais. J’ai vécu une expérience semblable à l’UNESCO où une Belge flamande s’adressait à nous en anglais, incapable de le faire en français malgré qu’elle provenait d’un pays où c’est une langue officielle. La situation se révèle la même dans les pays scandinaves où l’anglais est devenu la langue de communication entre eux.

Les exemples de cette domination de la langue anglaise abondent et l’inertie d’un gouvernement québécois ne pourrait être que néfaste. Espérons que François Legault saura naviguer contre vents et marées pour préserver le caractère distinct du Québec !