/news/politics
Navigation

Des enseignantes contre les signes religieux

Coup d'oeil sur cet article

Après les critiques dans le débat qui touche les signes religieux chez les employés de l’État québécois, le premier ministre désigné, François Legault, reçoit des appuis en provenance du monde de l’enseignement.

TVA Nouvelles a rencontré plusieurs professeures d’origine algérienne qui ont fait leur vie au Québec et qui se disent ouvertement contre le port des signes religieux chez des gens comme eux en situation d’autorité.

Ces trois employées de l’État québécois ont la même opinion du voile, de la kippa ou du crucifix qui ne devraient pas être portés à l’école par les professeurs.

«J’ai envie de vivre à mon époque et de transmettre des valeurs universelles à mes enfants d’abord ainsi qu’aux élèves, car il y va de notre responsabilité», a expliqué Djemila Addar, professeure de français au secondaire à Laval.

«On doit leur inculquer des valeurs universelles comme l’égalité et même aussi leur parler de toutes les luttes passées que ce soit au niveau des sociétés, des peuples et celles qui concernent les femmes», a-t-elle ajouté.

«La Commission des droits de la personne a statué dans le dossier du crucifix et ceci est valable pour tous les signes religieux. Ce n’est pas le rôle de l’école. L’école n’est pas là pour promouvoir les croyances ou les religions. L’école est là pour promouvoir le savoir», a ajouté Leila Lesbet, technicienne en éducation spécialisée à Longueuil.

«Un enseignant pour moi doit être une référence, un modèle, une sécurité, mais c’est aussi une image», a précisé Arezki Bentayeb, professeure à l’école primaire dans l’arrondissement d’Anjou à Montréal.