/investigations
Navigation

Le Canada favorable au changement de statut des Émirats arabes unis au sein de la Francophonie

Le Québec s’est objecté à ce pays en plaidant son manque de respect des droits humains

Dans le cadre du sommet de la Francophonie, les 54 chefs d’État et de gouvernement francophones membres de plein droit de l’OIF décideront ensemble jeudi si la demande des Émirats arabes unis est acceptable.
Photo d'archives, AGENCE QMI Dans le cadre du sommet de la Francophonie, les 54 chefs d’État et de gouvernement francophones membres de plein droit de l’OIF décideront ensemble jeudi si la demande des Émirats arabes unis est acceptable.

Coup d'oeil sur cet article

EREVAN | Après avoir émis des réticences l’été dernier, le Canada a finalement accepté un changement de statut des Émirats arabes unis (ÉAU) au sein de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), a appris notre Bureau d’enquête.

Seuls le Québec et le Nouveau-Brunswick ont maintenu leurs réserves à la demande de promotion de ce pays du statut d’observateur à celui de membre associé, indiquent des informations que nous avons obtenues de source sûre.

Dans le cadre du sommet de la Francophonie, les 54 chefs d’État et de gouvernement francophones membres de plein droit de l’OIF décideront ensemble jeudi si la demande des Émirats arabes unis est acceptable.

Les ministres francophones réunis en début de semaine leur ont déjà formulé une recommandation favorable, tout comme pour sept autres pays qui ont formulé des demandes semblables.

Le Kosovo veut également passer du statut d’observateur à celui de membre associé, ce qui a suscité les réticences de 13 états membres, dont les déclarations seront prises en compte.

Droits

Dans un courriel daté du 29 juin aux instances de l’OIF, un représentant du Canada était intervenu dans l’étude de la candidature des Émirats arabes unis.

Jeff Ahonoukoun invitait notamment le pays à «adopter des mesures en faveur des droits de la personne, de l’égalité femme-homme et de l’inclusion», indique un courriel obtenu par notre Bureau d’enquête.

Le Québec avait également soulevé des questions du même ordre concernant la promotion du pays d’observateur à membre associé.

«Le Québec ne peut émettre un avis favorable à la demande de changement de statut formulée par les Émirats arabes unis», écrivait le délégué québécois aux affaires francophones, Maxime Légaré-Carrier.

Selon nos informations, les Émirats arabes unis ont fourni des explications supplémentaires par la suite.

Lors de la réunion des ministres francophones cette semaine, la recommandation favorable au pays ne mentionnait aucune réserve de la part du Canada, tandis que c’était le cas pour le Québec et le Nouveau-Brunswick.

Arabie saoudite

Au dernier sommet de Madagascar, en 2016, une demande d’adhésion de l’Arabie saoudite avait été reportée, son dossier étant jugé incomplet. Selon plusieurs sources, un rapport serait entre les mains des membres de l’OIF à ce sujet. Jusqu’ici, rien n’indique toutefois qu’il en a été question dans les échanges à Erevan cette semaine.

Louisiane

Par ailleurs, il est recommandé au sommet d’accorder le titre d’observateur à la Louisiane, l’Irlande, la Gambie et Malte. La Serbie pourrait devenir membre associé également.