/news/green
Navigation

Les vents de l’ouragan Michael plus puissants que les tornades de Gatineau

Coup d'oeil sur cet article

La puissance avec laquelle se déplace l’ouragan Michael est du jamais-vu sur le nord-ouest de la Floride.

«Depuis une centaine d’années, c’est le premier ouragan de catégorie 4 à frapper la région. C’est historique. Beaucoup de gens n’ont jamais vu des vents aussi puissants», a expliqué le météorologue Gilles Brien en entrevue à TVA Nouvelles.

Avec ses vents atteignant 250 km/h, en frôlant la catégorie 5, l’ouragan Michael est plus puissant que les tornades qui ont frappé Gatineau avec les vents de 220 km/h.

Pire encore, les tornades de Gatineau ont duré de 8 à 10 minutes alors que l’ouragan Michael lui, soufflera pendant des heures,

«À 250 km/h, vous dépassez le seuil où l’intégrité structurelle des bâtiments est atteinte. Même les instruments ont du mal à mesurer la force des vents», a dit M. Brien.

Michael a pris naissance dans les Antilles. Contrairement aux ouragans formés plus à l’est, près de l’Afrique, ceux des Antilles sont plus «vicieux» et leur trajectoire peut surprendre.

«Les ouragans les plus puissants nous viennent toujours d’Afrique. On les voit venir, comme avec Maria et Irma. Ceux qui remontent le golfe sont plus vicieux», précise le météorologue.

Michael a produit troisième plus basse pression atmosphérique jamais relevée aux États-Unis avec 919 millibars. «C’est très profond. La dépression va maintenir son intégrité jusqu’en Géorgie», a dit M. Brien.

Michael est le 7e ouragan de la saison, qui a été plutôt calme cette année.

«Le pic de la saison des ouragans était le 10 septembre dernier. On est en fin de saison, mais on a encore quelques bonnes tempêtes à venir», précise M. Brien.

Par ailleurs le météorologue explique que l’eau dans le golfe du Mexique est encore très chaude. «L’eau est entre 29 à 31 degrés. Les ouragans se nourrissent de cette chaleur-là.»

Mur d’eau

Près de 300 à 400 mm de pluie sont attendus avec des vents de 240 km/h.

«L’onde de tempête sera un mur d’eau. La pression est tellement basse au centre de l’ouragan que la mer équilibre la pression en montant. Vous avez un mur d’eau de 15 pieds présentement à 40 km autour de l’ouragan. C’est comme une vague, sans l’énergie d’un tsunami. Haut comme un édifice de trois étages !»