/news/politics
Navigation

Scheer persiste et signe contre la taxe carbone

INDIA-RELIGION-SIKH-CANADA
Photo AFP Le chef conservateur Andrew Scheer et sa conjointe, Jill, ont visité mercredi le Temple d’or des sikhs, en Inde, un endroit qu’a visité Justin Trudeau avec sa famille, l’hiver dernier.  

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le chef du Parti conservateur Andrew Scheer maintient sa ferme opposition à la taxe sur le carbone, dont les vertus ont été vantées par les lauréats du prix Nobel d’économie plus tôt cette semaine.

M. Scheer est catégorique. Le 50e prix Nobel d’économie attribué lundi à deux Américains qui militent en faveur de la taxation de la pollution ne change absolument rien à sa position.

« Pas du tout, a-t-il déclaré en entrevue téléphonique depuis l’Inde, où il se trouve depuis dimanche pour rencontrer des leaders politiques et économiques de ce pays. Je rejette l’idée que la taxe carbone peut réduire les émissions [de gaz à effet de serre]. La seule chose que ça va faire, c’est de nuire à la qualité de vie des familles. »

Un bon moyen

Selon les recherches des lauréats du prix Nobel, l’imposition d’un prix sur la pollution à l’échelle planétaire serait le meilleur moyen de lutter contre les changements climatiques. Une autre étude publiée en septembre par un groupe de pression dirigé par un ancien proche de Stephen Harper a établi que la taxe carbone pourrait aussi rapporter financièrement aux Canadiens, à condition que les gouvernements décident de redistribuer l’argent prélevé à la population.

Un plan ?

Andrew Scheer a annoncé une tournée en Inde après le voyage raté de Justin Trudeau, en février, à cause de ses choix vestimentaires et du nombre limité d’annonces à saveur économique. M. Scheer n’a pas voulu dire si le premier ministre canadien s’est invité dans la conversation lors de son tête-à-tête avec le premier ministre Narendra Modi, mardi à New Delhi. Le chef conservateur a profité de sa rencontre avec le chef d’État pour exprimer son désir de voir le Canada exporter du pétrole et du gaz naturel en Inde.

Le gouvernement Trudeau a fait de la taxe carbone la pierre d’assise de son plan environnemental. Mais il a réduit sa portée devant les pressions de l’industrie et à cause de l’opposition des provinces.

Le Parti conservateur tarde quant à lui à faire connaître ses intentions sur le climat. « Nous sommes dans les dernières étapes pour préparer notre plan », se défend M. Scheer, soulignant qu’il reste beaucoup de temps avant le prochain scrutin. Il soutient que l’approche conservatrice visera à inciter les industries polluantes à investir dans les technologies vertes.