/news/health
Navigation

Un microscope 3D pour opérer avec plus de précision à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont

Un microscope 3D pour opérer avec plus de précision à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont
Photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Un puissant microscope donne maintenant une image 3D des minuscules membranes de l’œil pour opérer avec plus de précision, et les ophtalmologistes de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont à Montréal sont les premiers au Canada à l’utiliser.

Acheté au coût de 640 000 $, soit environ le double des microscopes traditionnels, celui-ci est équipé d’un système de tomographie par cohérence optique.

C’est-à-dire qu’il ne permet pas seulement de voir de plus près, mais aussi l’épaisseur d’une membrane de l’œil sur laquelle un chirurgien s’apprête à faire une incision.

Demi-millimètre

« Nous devons souvent deviner à quelle profondeur de la cornée nous travaillons », décrit l’ophtalmologiste Julia Talajic, qui a déjà réalisé sept greffes de cornée avec le nouvel appareil.

Une chirurgie des plus délicate étant donné que la cornée n’a l’épaisseur que d’un demi-millimètre et qu’elle est composée de membranes transparentes encore plus fines.

La Dre Julia Talajic (à gauche) avec sa patiente Geraldine Dillabough, âgée de 74 ans, qui a reçu une greffe de la cornée.
Photo Hugo Duchaine
La Dre Julia Talajic (à gauche) avec sa patiente Geraldine Dillabough, âgée de 74 ans, qui a reçu une greffe de la cornée.

Greffon souvent rejeté

Actuellement, la Dre Talajic évalue que pour environ 20 % des greffes traditionnelles de la cornée, le greffon est rejeté.

« On s’attend à réussir un plus grand nombre de greffes [avec le nouveau microscope] », souligne à son tour le Dr Éric Fortin.

L’Hôpital Maisonneuve-Rosemont réalise déjà le tiers des 900 greffes de la cornée par année au Québec. Il s’attend d’ailleurs à ce que ce chiffre augmente d’année en année avec le vieillissement de la population.

Avec une précision accrue, l’ophtalmologiste estime que les complications lors des interventions diminueront ou encore que les patients auront à subir une deuxième opération par la suite.