/finance
Navigation

Frank Stronach poursuit sa fille pour 520 millions $

Frank Stronach poursuit sa fille pour 520 millions $

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Le fondateur de Magna International, Frank Stronach, poursuit sa fille, l’ex-députée Belinda Stronach, et ses deux petits-enfants estimant qu’ils ont mal géré la fortune familiale.

L’homme d’affaires et son épouse, Elfriede, ont intenté une action en justice, le 1er octobre dernier, auprès de la Cour supérieure de l’Ontario, selon «The Globe and Mail». Le journal rapporte que le couple accuse leur fille d’avoir commis «une série d’actes clandestins et illégaux au détriment absolu d’autres membres de la famille Stronach».

Des documents d’entreprise auraient été falsifiés dans le but de limiter son rôle dans la gestion des entreprises familiales et il réclame 520 millions $ de dommages et intérêts.

La dispute entre Frank Stronach, 86 ans, et sa fille dure depuis plus de deux ans. Dans le document de 73 pages, il demande aussi au tribunal que sa fille n’ait plus de rôle de direction sur un certain nombre de fiducies familiales.

Originaire d’Autriche, Frank Stronach est arrivé en 1954 à Montréal avant de s’installer ensuite en Ontario. Il a fondé en 1957 Magna International, l’un des plus grands fabricants de pièces automobiles au monde et a quitté ses fonctions de président en 2011. La famille possède également plusieurs hippodromes gérés par Stronach Group, dont Belinda Stronach, 52 ans, est la présidente.

Cette dernière a rejeté ces accusations, mercredi. «Les relations familiales au sein d’une entreprise peuvent être difficiles», a-t-elle déclaré. «Mes enfants et moi aimons mon père. Cependant, ses allégations sont fausses et nous y répondrons officiellement au cours des procédures judiciaires.»

En 2004, Belinda Stronach avait été élue députée conservatrice de la circonscription de Newmarket-Aurora en Ontario. Elle avait toutefois créé la surprise en passant dans le camp des libéraux en 2005, mettant également fin à son idylle avec le conservateur Peter Mackay. Elle avait ensuite été promue ministre du Développement des Ressources humaines dans le gouvernement de Paul Martin.

Elle avait réussi à conserver son siège à la Chambre des communes, mais ce sont les conservateurs de Stephen Harper qui avaient été portés au pouvoir.