/entertainment/music
Navigation

Les coups de maître de Justin Timberlake

Un survol de la carrière de la star américaine en dix chansons

Les coups de maître de Justin Timberlake
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

De la pop inoffensive de NSYNC à ses expérimentations sonores avec Timbaland, Justin Timberlake s’est établi comme une des références majeures de la musique pop et R&B des vingt dernières années. Avant son arrêt au Centre Vidéotron de Québec, samedi soir, Le Journal a recensé les dix chansons qui ont fait de lui la star planétaire qu’il est devenu.

Bye Bye Bye (2000)

Les coups de maître de Justin Timberlake
Photo courtoisie

Justin Timberlake n’a pas collaboré à l’écriture ni à la composition de Bye Bye Bye, comme la grande majorité des chansons de son tout premier groupe. N’empêche qu’il était l’un des visages de NSYNC et qu’il a grandement contribué à faire de ce titre un des plus populaires de la carrière du boys band.

Cry Me A River (2002)

Les coups de maître de Justin Timberlake
Capture d'écran, YouTube

Pièce phare de la discographie de Timberlake, la bombe R&B Cry Me A River se démarque par ses indéniables qualités artistiques et l’histoire qu’elle raconte. JT a reconnu, il y a quelques années, l’avoir écrite en réaction à sa rupture récente avec Britney Spears. Elle constitue aussi la première d’une série de fructueuses collaborations entre Timberlake et le producteur Timbaland.

Rock Your Body (2003)

Les coups de maître de Justin Timberlake
Photo d'archives, Reuters

Les hits tombent parfois dans les mains d’un artiste d’une manière inattendue. Coécrite par le groupe The Neptunes (dont l’un des musiciens est Pharrell Williams), cette chanson était destinée à l’album Invincible, de Michael Jackson. Mais le roi de la pop a refusé la chanson et elle s’est retrouvée entre les mains de JT. Pour la petite histoire, c’est la chanson que Timberlake chantait quand il a « involontairement » découvert le sein de Janet Jackson à la mi-temps du Super Bowl, en 2004.

SexyBack (2006)

Les coups de maître de Justin Timberlake
Capture d'écran, YouTube

Pas trop coincé, JT prétend ramener l’aspect sexy à la musique pop avec SexyBack. Et ça a fonctionné au quart de tour. L’alliance Timberlake-Timberland produit encore des flammèches. Premier titre de JT à se hisser au sommet du Hot 100 du Billboard, SexyBack fait monter la chaleur sur les pistes de danse et fait grimper davantage la cote de popularité de son chanteur.

My Love (2006)

Les coups de maître de Justin Timberlake
Capture d'écran, YouTube

Catégorisée rapidement comme la suite de Cry Me A River, cette ballade syncopée mélange les tempos, comme si ses créateurs avaient délibérément cherché à brouiller les pistes. Le titre, rehaussé d’un rap de T.I., vaudra un nouveau concert d’éloges à Timberlake.

4 Minutes (2008)

Les coups de maître de Justin Timberlake
Capture d'écran, YouTube

Le succès de Timberlake attire l’attention de Madonna qui demande à Timbaland et JT de bricoler avec elle une chanson dance pop relayant un fort message social et environnemental pour son album Hard Candy. Le résultat a été à la hauteur des attentes immanquablement créées par une collaboration entre des stars de cette trempe. Aucune autre chanson de Hard Candy n’a remporté autant de succès à travers le monde.

Suit & Tie (2013)

Les coups de maître de Justin Timberlake
Capture d'écran, YouTube

Après une longue pause de la musique pour se consacrer à sa carrière d’acteur, Justin effectue un glorieux retour derrière le micro avec ce bijou de R&B, premier extrait de son double projet The 20/20 Experience. À nouveau en équipe avec son fidèle acolyte Timbaland, JT fait appel au rappeur Jay-Z afin de lui donner la réplique.

Tennessee Whiskey (2015)

Les coups de maître de Justin Timberlake
Photo d'archives, AFP

Le duo le plus improbable des Country Music Awards de 2015 a finalement constitué le moment fort de la soirée. Timberlake, qui nous faisait découvrir son penchant pour le country, et Chris Stapleton ont séduit tout le monde en reprenant son vieux titre d’abord chanté par David Allan Coe, dans les années 1970. Dans le temps de le dire, la chanson est apparue sur les palmarès et l’anonymat de Stapleton était chose du passé.

Can’t Stop The Feeling (2016)

Les coups de maître de Justin Timberlake
Capture d'écran, YouTube

Pour répondre à une commande des producteurs du film d’animation Les Trolls, Timberlake a voulu composer une « chanson disco moderne ». Mission accomplie ! Cette irrésistible ritournelle devenue le hit de l’été, récipiendaire d’un Grammy et sélectionnée aux Oscars, a terminé l’année 2016 au sommet des ventes de chansons aux États-Unis.

Say Something (2018)

L’association Timberlake-Stapleton de 2015 n’allait pas rester sans suite. Le chanteur country a été invité par JT à déposer ses cordes vocales sur Say Something, l’un des rares moments de réjouissance sur l’inégal Man of the Woods, l’album du retour à la terre de Timberlake.

 

En quelques lignes

  • Né le 31 janvier 1981 à Memphis, Tennessee
  • Marié à Jessica Biel. Le couple a un enfant.

Carrière musicale

  • 5 albums, 39 simples
  • Récipiendaire de 173 trophées, dont 10 prix Grammy et 7 American Music Awards
  • A participé à deux reprises au spectacle de la mi-temps du Super Bowl, en 2004 et 2018.

Au cinéma

  • A joué dans une vingtaine de films, dont The Social Network, Inside Llewyn Davis, Bad Teacher et Friends With Benefits, en plus de prêter sa voix à un personnage du film d’animation Les Trolls.