/opinion/columnists
Navigation

Ces musulmans pro-laïcité

Coup d'oeil sur cet article

Qui n’a pas entendu, ou dit : « pourquoi les musulmans modérés ne parlent-ils pas ? Pourquoi ne dénoncent-ils pas l’extrémisme islamiste ? »

Ils existent, mais la caméra n’est pas assez souvent braquée sur eux.

Une prof d’âge moyen ne fait pas d’aussi bonnes images qu’une pin-up voilée.

Et puis, les discours critiques de l’islam sont peu entendus à Radio-Canada où l’islam est une race, la laïcité une oppression et le hijab une « liberté » à protéger. Sauf pour celles qui sont mortes de l’avoir refusé.

Heureusement, des Québécois musulmans veillent au grain.

Qui sont-ils ?

Pionnière, en 2005, l’ex-ministre libérale Fatima Houda-Pepin a sauvé le Québec des tribunaux islamiques. Si M. Couillard l’avait écoutée au sujet de la laïcité, il serait peut-être encore premier ministre.

Djemila Benhabib continue son combat avec courage et un brin d’insolence.

En 2012, la féministe algéro-québécoise Leila Lesbet a exposé l’hypocrisie pro-hijab de la Fédération des femmes du Québec, ce qui lui a valu d’être exclue pour « comportement problématique ». Hier, à TVA, elle s’affichait avec des collègues éducateurs pour l’interdiction des signes religieux pour les professeurs.

Sans oublier Nadia El-Mabrouk qui signe des textes pro-laïcité incisifs ; l’humoriste Nabila ben Youssef ; l’écrivain Karim Akouche, auteur de Lettre à un soldat d’Allah ; la psychologue Rachida Azdouz, auteure de Le vivre ensemble n’est pas un rince-bouche ; les membres de l’Association québécoise des Nord-Africains pour la laïcité et Ensaf Haidar, l’épouse du blogueur saoudien emprisonné Raif Badawi.

Sages paroles

Permettez-moi de citer le Montréalais Karim Akouche dans le magazine français Marianne cette semaine : « Je le dis une fois pour toutes : haïr les musulmans, c’est un délit, car c’est du racisme. Critiquer l’islam, c’est un droit. Combattre l’islamisme et le djihadisme, un devoir. »

Ils sont plusieurs à le faire. Tendons-leur le micro plus souvent.