/news/currentevents
Navigation

Des producteurs toujours dans l’attente d’une licence

La lenteur de Santé Canada est évoquée dans un rapport

Exflora attend toujours la licence de Santé Canada pour construire son usine dans le secteur de Pintendre, à Lévis.
Photo courtoisie Exflora attend toujours la licence de Santé Canada pour construire son usine dans le secteur de Pintendre, à Lévis.

Coup d'oeil sur cet article

À cinq jours de la légalisation du cannabis au Canada, plusieurs producteurs attendent toujours l’obtention de leur licence de Santé Canada qui leur permettra de produire les fameux plants au Québec.

C’est notamment le cas d’Exflora, dont l’usine de production doit voir le jour à Lévis. Alors que l’entreprise prévoyait, il y a un an, faire ses premières récoltes dès cet automne, elle attend toujours de faire sa première pelletée de terre pour construire son centre de production de cannabis thérapeutique qui sera situé à Pintendre.

« Nous avons passé au travers d’étapes importantes dans le processus, mais on n’a toujours pas l’approbation nécessaire qui nous permettra de construire le bâtiment », indique Dany Leclerc, président d’Exflora.

Exflora espère commencer la construction dès ce printemps et produire à temps pour l’automne 2019. « On décale donc d’un an », poursuit-il.

La situation est la même pour le Groupe Kaméléon, indique le coordonnateur contenu et média, Charles Servant. L’entreprise attend toujours les approbations de Santé Canada pour aller de l’avant avec son projet Altitude 640, une usine de production et de transformation qui doit être implantée sur la route 138, à Petite-Rivière-Saint-François.

Et au moins deux autres entreprises, soit Cannara Biotech et MYM Nutraceuticals (Canna Canada), sont en attente de licences de production pour des usines qui seront implantées à Farnham, Weedon et Laval. Il n’a pas été possible de parler aux responsables de ces entreprises.

« Santé Canada répète que les demandes suivent leur cours et que nous devrions avoir des nouvelles prochainement, mais on n’a jamais de date ni de précisions », se désole M. Leclerc, ajoutant que certains producteurs attendent depuis trois ans. Selon lui, Santé Canada est « débordé par de multiples demandes ».

Manque envisagé

Un rapport de l’Institut C.D. Howe, publié hier, a révélé que, selon les productions actuelles, l’offre ne couvrira que 30 à 60 % de la demande partout au Canada (vente légale) d’ici le 17 octobre, principalement à cause de la lenteur d’émission des licences de production.

Ce rapport émet également plusieurs recommandations, comme celle que le fédéral n’entrave pas inutilement la production de cannabis et protège la santé publique en produisant assez de cannabis pour approvisionner les points de vente.

À sa défense, le ministère indique avoir adopté, en mai dernier, de nouvelles mesures qui ont simplifié l’octroi des licences. « Depuis mai 2017, le ministère a délivré 76 nouvelles licences, soit près du double du nombre de licences délivrées au cours des quatre dernières années », indique la porte-parole, Tammy Jarbeau.

Santé Canada a indiqué que, pour l’heure, plus de 600 demandes de licences de production sont en traitement. Elle en a octroyé 120 à ce jour.