/lifestyle/books
Navigation

Prix Nobel alternatif de littérature: «Je savais que ce serait Maryse Condé» - Kim Thúy

L’auteur célèbre même si elle n’a pas gagné le prix de la Nouvelle académie

Prix Nobel alternatif de littérature: «Je savais que ce serait Maryse Condé» - Kim Thúy
Photo d’archives, Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Même si elle n’a pas remporté le prix littéraire 2018 de la Nouvelle académie, considéré comme un prix Nobel alternatif, Kim Thúy célébrait tout de même avec ses proches, tôt vendredi matin.

Le dévoilement du prix alternatif de littérature a été diffusé en direct de Stockholm, vendredi, sur YouTube. L’écrivaine française Maryse Condé, une auteure de la Guadeloupe âgée de 81 ans, a remporté les honneurs. L’autre candidat était le Britannique Neil Gaiman. Le japonais Haruki Murakami, s’est quant à lui désisté, hier, à la dernière minute.

Le prix littéraire de la Nouvelle Académie a été créé pour combler le vide laissé par la décision de l’Académie suédoise, ébranlée cette année par un scandale d’agressions sexuelles, de ne pas choisir de lauréat pour le prix Nobel de littérature en 2018. Cette distinction ne sera décernée que cette année.

La sélection des finalistes s’est faite grâce aux votes de 32 000 personnes de partout dans le monde. À l’origine, le tableau d’aspirants à cet honneur comptait près d’une cinquantaine de grosses pointures de la littérature internationale, dont J. K. Rowling et Margaret Atwood.

Kim Thúy soutient que ce sont les votes des Québécois qui l’ont propulsée chez les finalistes.

Avant même de connaître le résultat du jury, composé de professionnels de l’industrie, elle savait qu’elle ne gagnerait pas, dit-elle.

«On doit tous lire Maryse Condé. Moi, j’étais sûr que c’était elle, parce qu’elle a joué un rôle très, très important, pas seulement au niveau littéraire, mais de l’histoire également. C’est un choix naturel», a-t-elle réagi, quelques minutes après le dévoilement du résultat.

Maryse Condé a une impressionnante carrière. Depuis 1976, l’écrivaine a fait paraître une trentaine d’ouvrages, dans lesquels elle explore des questions de sexe, de races, de cultures.

Un impact certain

Kim Thúy a déjà une carrière à l’international. D’ailleurs, son premier roman, Ru, sera publié en 2019 dans un 26e pays, la Finlande. Mais le fait de se retrouver dans le top 3 de ce nouveau prix littéraire a eu un impact certain, croit-elle.

«J’ai fait des entrevues à CNN Londres, au Wall Street Journal et au New York Times», a-t-elle précisé.

Outre cette reconnaissance internationale, Kim Thúy est d’autant plus touchée par le «mouvement citoyen» qui a fait naître ce prix.

«Je ne peux pas croire qu’un petit groupe de citoyens d’un pays quand même lointain a réussi à soulever tout cet intérêt. Oui, c’est à cause de #metoo, mais c’est aussi grâce à un mouvement de citoyens, qui se sont pris en main, qui ont réagi. C’est pour ça qu’on trouvait important de se réunir ce matin, pour les supporter.»

Kim Thúy est en train d’écrire son prochain livre, sur lequel elle se fait discrète.

- Avec la collaboration de l'Agence QMI