/news/transports
Navigation

Des affaissements sont à prévoir

Le tablier doit être remplacé sur le pont Mercier

Des travaux d’urgence ont été nécessaires samedi matin après qu’une dalle de béton se soit affaissée sur la structure la plus récente du pont Honoré-Mercier.
Photo Agence QMI, Marc Alain Trudeau Des travaux d’urgence ont été nécessaires samedi matin après qu’une dalle de béton se soit affaissée sur la structure la plus récente du pont Honoré-Mercier.

Coup d'oeil sur cet article

Un expert s’attend à de nouveaux affaissements comme celui qui s’est produit samedi matin sur le pont Honoré-Mercier, bloquant complètement la circulation en direction sud pendant plusieurs heures.

La structure du pont qui sert à rejoindre la Rive-Sud à partir de Montréal, construite en 1933, était déjà fermée ce week-end pour des travaux.

Vers 10 h, un morceau de béton s’est détaché de la structure plus récente, construite en 1961, là où circulaient temporairement les voitures à raison d’une voie dans chaque direction.

Des travaux d’urgence ont donc été nécessaires, ce qui a forcé la fermeture de la voie temporaire en direction de Châteauguay pendant plusieurs heures.

À tout moment

Une porte-parole du ministère des Transports (MTQ) a précisé à TVA Nouvelles qu’il y a eu un « affaissement de la dalle » en matinée et qu’une équipe a été dépêchée sur place pour « poser une plaque d’acier ».

Après les travaux, le pont a finalement été rouvert un peu avant midi.

Selon le président de la firme spécialisée en structures de béton Soconex, Normand Thériault, d’autres affaissements sont à prévoir compte tenu de l’état de la dalle de béton sur laquelle circulent les automobilistes.

« Tout le tablier est à remplacer, donc d’ici là il y a de fortes chances que d’autres petits trous se forment. Il peut en apparaître à tout moment », explique l’ingénieur de formation.

Il n’est donc pas exclu selon lui que d’autres incidents du genre se produisent lors de périodes de grand achalandage, en semaine par exemple.

Un plasteur

M. Thériault compare par ailleurs la pose d’une plaque d’acier à l’utilisation d’un pansement pour une blessure.

« En quelques heures, ils n’ont pas eu le temps de mettre une [grosse] plaque. [...] On met un plasteur pour pouvoir au moins rouler dessus », estime-t-il.

L’ensemble de la structure ne serait toutefois pas à risque selon lui, puisqu’elle est en acier.

Le MTQ n’a pas précisé la source du problème samedi. Malgré plusieurs messages laissés aux porte-parole, personne n’a rappelé Le Journal.

La circulation sur les deux structures doit reprendre à compter de mardi.

– Avec TVA Nouvelles