/news/society
Navigation

Un pique-nique au concert

1966

Un pique-nique au concert
Photo courtoisie Ville de Montréal, VM94-E1291-005

Coup d'oeil sur cet article

Aujourd'hui
Photo d'archives, Ben Pelosse
Aujourd'hui

Bien plus qu’un aréna !

Celui qui donne son nom à ce complexe sportif n’a pas besoin de présentation et la plupart des Montréalais ont une anecdote à propos de l’aréna Maurice-Richard. Mais saviez-vous que le voisin du site olympique est le second aréna en importance à Montréal, derrière le Centre Bell ? On le construit en 1962, il est donc encore neuf quand les Concerts populaires y sont lancés. L’aréna de plus de 5000 places accueille les sports de glace sur sa patinoire de taille olympique, mais aussi plusieurs salons et plusieurs concerts mémorables, dont celui d’un certain groupe anglais, les Rolling Stones, pour leur première apparition montréalaise, le 23 avril 1965. L’aréna est aussi la vedette du petit écran puisqu’il figure dans la saga Lance et Compte dans laquelle il accueille les entraînements du National et où on le déguise, en 1988, en Palais omnisports de Paris-Bercy ! Il occupe toujours ses fonctions multiples aujourd’hui en plus d’accueillir l’équipe nationale de patinage de vitesse sur courte piste.

Pique-nique musical

Un pique-nique au concert
Photo courtoisie Ville de Montréal, VM94-U156-036

Ces dames sont bien installées à leur table, nappe à carreaux et bouteille de vin sont le présage d’une soirée qui promet d’être agréable ! Elles participent à l’une des premières éditions des Concerts populaires, à l’aréna Maurice-Richard en 1964. Au parterre, près d’elles, se pressent des invités de marque comme le maire Drapeau et celui qui mènera l’orchestre, le chef Wilfrid Pelletier. Elles auront la chance d’entendre l’Orchestre symphonique de Montréal accompagner la soprano Colette Boky (née Marie-Rose Élisabeth Giroux !), alors sur le point de devenir une vedette internationale du chant lyrique. Créés en 1964 sous l’impulsion du maire Drapeau, les Concerts populaires ont fêté leur cinquantième anniversaire en 2014 et sont toujours aussi fréquentés de nos jours. L’objectif de l’événement est de convier au concert et à la musique dite « classique » un public plus populaire et moins issu des élites. Les spectacles, souvent tenus dans l’est de la ville, accueillent tous les citoyens mélomanes.

L’envolée lyrique

Un pique-nique au concert
Photo courtoisie Ville de Montréal, VM94-E1291-119

L’Orchestre symphonique de Montréal accompagne les Concerts populaires dès ses premières éditions. L’Orchestre est à l’époque la seule formation d’envergure de la ville. Il est issu de l’amalgame de plusieurs ensembles au fil du temps. Les racines des orchestres montréalais remontent à la fin du XIXe siècle, alors qu’Ernest Lavigne recrute des musiciens classiques européens pour l’orchestre de son parc Sohmer. Des formations classiques occupent les scènes montréalaises de manière irrégulière jusque dans les années 1930. C’est en 1934 que la Société des concerts symphoniques de Montréal est créée, organisation qui prend le nom d’OSM dans les années 1950. Si Wilfrid Pelletier assure la direction artistique de l’orchestre pendant de nombreuses années, on lui associe aussi les noms des légendaires Otto Klemperer et Zubin Mehta dans les années 1960. L’orchestre ne fait alors que gagner en maturité et en popularité pour devenir la formation classique la plus importante à Montréal.