/news/politics
Navigation

Manon Massé aura le rôle de chef parlementaire

Gabriel Nadeau-Dubois occupera quant à lui la fonction de leader de QS

Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois veulent que QS obtienne le statut de groupe parlementaire reconnu, qui donne des budgets pour embaucher des employés à la recherche et au bureau du chef et du leader, par exemple. On les voit dans les bureaux de Mme Massé, vendredi, à Montréal.
Photo Agence QMI, Joël Lemay Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois veulent que QS obtienne le statut de groupe parlementaire reconnu, qui donne des budgets pour embaucher des employés à la recherche et au bureau du chef et du leader, par exemple. On les voit dans les bureaux de Mme Massé, vendredi, à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Manon Massé sera la chef parlementaire de Québec solidaire et Gabriel Nadeau-Dubois occupera la fonction de leader, le principal stratège en matière de procédures parlementaires du parti, a appris Le Journal.

« Le fait que l’on soit deux co-porte-paroles du parti, ça sera notre trame de fond. Mais à l’Assemblée nationale, je serai la chef parlementaire et Gabriel aura le rôle de leader parlementaire », a indiqué Mme Massé au cours d’une entrevue avec notre Bureau parlementaire.

« Nos membres se sont prononcés au printemps dernier comme quoi ils souhaitaient que j’assume le rôle de première ministre si Québec solidaire était élu, et que Gabriel Nadeau-Dubois jouerait le rôle de vice-premier ministre. On est juste en continuité avec ce qu’on a fait avant la campagne », a-t-elle ajouté.

Pour officialiser le statut de ses deux co-porte-paroles, QS devra toutefois négocier ferme avec la CAQ et le PLQ.

Statut incertain

Le parti de gauche a fait élire 10 députés lors de l’élection du 1er octobre et a obtenu 16 % des voix exprimées. Ce n’est pas suffisant pour être reconnu comme groupe parlementaire à l’Assemblée nationale.

La barrière est fixée à 12 élus ou 20 % des voix. La question est importante. « Nous avons besoin de moyens pour jouer notre rôle d’opposition », a plaidé Mme Massé.

Le parti veut un plus gros budget pour embaucher des recherchistes, mais également obtenir plus de temps en période de questions, une place dans les commissions parlementaires et un siège au Bureau de l’Assemblée nationale, qui fixe les règles administratives du parlement.

Cette reconnaissance donne aussi un meilleur salaire au chef parlementaire (bonus annuel de 33 500 $) et au leader (bonus annuel de 24 000 $) de la deuxième opposition, par exemple. Plus important encore, il leur donne des budgets pour faire fonctionner un cabinet et embaucher des employés. Au 31 mars 2016, le bureau du chef de la deuxième opposition avait une masse salariale de près de 1,2 M$.

Précédent

Gabriel Nadeau-Dubois va s’appuyer sur le précédent de 2009, une entente entre les partis qui ont reconnu l’Action démocratique du Québec, malgré ses sept élus.

Cet accord prévoyait également qu’une formation qui a 10 élus, comme QS et le PQ, aurait droit à un whip. « On veut également faire valoir que le bipartisme au Québec est terminé. L’Assemblée nationale doit représenter la pluralité des voix au Québec », a-t-il affirmé.

Québec solidaire réclame ce statut depuis longtemps, mais « la situation politique a radicalement changé », note-t-il. « Ce serait très coûteux politiquement pour les libéraux et la CAQ de s’opposer à cet état de fait. »

— Avec la collaboration de Geneviève Lajoie

 

Nombre d’élus

Parti québécois

  • 10 députés élus
  • 17 % des voix

Québec solidaire

  • 10 députés élus
  • 16 % des voix

S’ils sont reconnus comme groupe parlementaire, ils auront droit à :

  • un chef parlementaire 
  • un leader parlementaire, responsable des stratégies parlementaires
  • un whip, responsable de la discipline