/news/politics
Navigation

Pas de projet pour retirer les crucifix des palais de justice du Québec

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Alors que le gouvernement Legault a l’intention d’interdire aux juges le port de signes religieux, il n’est pas question pour l’instant de retirer les crucifix accrochés dans les palais de justice du Québec.

À l’heure actuelle, 17 crucifix sont fixés aux murs des édifices de Trois-Rivières, La Tuque, Chicoutimi (Saguenay), Saint-Hyacinthe, Campbell’s Bay, Ville-Marie, New Carlisle, Carleton, Sainte-Anne-des-Monts, Gaspé et Havre-Aubert.

Au palais de justice de Chicoutimi, par exemple, une croix est suspendue au-dessus de la tête du juge qui entend les causes de la Chambre de la jeunesse. Une autre se trouve dans une salle de la Cour supérieure où se déroulent notamment les procès avec jury.

Photo TVA Nouvelles

À Trois-Rivières, deux salles d’audience arborent des crucifix pour le moins ostentatoires.

Photo TVA Nouvelles

 

Photo TVA Nouvelles

«Des crucifix sont présents dans les palais de justice pour des raisons historiques ou patrimoniales», a expliqué la porte-parole du ministère de la Justice Sylvie Leclerc.

«Prendre note qu’aucun crucifix n’est installé dans les salles d’audience des nouveaux palais de justice ou ceux dont des travaux majeurs sont exécutés», a-t-elle ajouté.

L’équipe du premier ministre désigné François Legault n’a pas pris position. «Il faut comprendre que nous sommes en situation de transition. Il y aura un ou une ministre qui aura la responsabilité de faire le suivi de ce dossier et qui répondra à toutes les questions en temps et lieu», a indiqué Ewan Sauves, attaché de presse de l’aile parlementaire de la Coalition avenir Québec.