/news/cannabis
Navigation

La légalisation du cannabis est trop rapide et mal planifiée, critique l'opposition

Cannabis
Photo AFP, Robyn Beck

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – La légalisation du cannabis arrive trop rapidement et a été mal planifiée, ont critiqué les partis d'opposition à Ottawa lundi, à moins de deux jours de l'entrée en vigueur de la nouvelle loi permettant la consommation de marijuana.

Le lieutenant québécois des conservateurs, le député Alain Rayes, a critiqué l'empressement du gouvernement libéral à légaliser la drogue pour usage récréatif. «Si on écoute tous les experts, que ce soit les médecins, les corps policiers, les municipalités... Sans exception, ces gens-là disent tous "on n'a pas eu le temps nécessaire" [pour se préparer]», a avancé M. Rayes, lors d'un point de presse au Parlement.

Le député conservateur craint notamment que la légalisation entraîne une banalisation de la consommation du cannabis, «particulièrement chez les jeunes», ainsi qu'une augmentation du nombre d'accidents.

«C'est très préoccupant ce que l'on risque de voir dans les prochaines semaines, les prochains mois, au Canada», a soufflé M. Rayes.

De son côté, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, estime qu'il y a un manque de planification de la part du gouvernement du Justin Trudeau. «Les provinces ont beaucoup soulevé le fait que le gouvernement fédéral n'a pas fait son travail pour aider les provinces à être prêtes», a dénoncé M. Singh, qui croit qu'Ottawa «a mis trop de responsabilités sur le dos des provinces».

Le chef du NPD déplore aussi que les personnes qui ont hérité d'un dossier criminel en raison de la marijuana ne seront pas absoutes, pour le moment. «Un grand problème qui existe toujours, c'est qu'il y a des gens qui ont été punis et qui continueront à être punis par des bilans criminels pour la possession simple de cannabis. [...] C'est quelque chose d'inacceptable», a clamé M. Singh devant les journalistes.