/portemonnaie/lifestyle
Navigation

Distinguer les bonnes des mauvaises dettes

Distinguer les bonnes des mauvaises dettes
Andreas Berheide - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Si tu es comme moi, le mot «dette» crée instantanément une crise d’angoisse. Or, obtenir du financement n’est pas toujours une mauvaise chose. 

Une bonne dette peut aider à générer un revenu et augmenter la valeur des avoirs personnels. L’Agence de la consommation financière du Canada la décrit comme un «investissement dans quelque chose qui prend de la valeur ou qui est profitable à long terme». 

En voici quelques exemples.

Les prêts pour entreprise et investissement

Démarrer un projet, faire croître une entreprise ou investir exige d’avoir accès à des liquidités. Emprunter dans l’optique de générer un rendement supérieur au taux d’intérêt du prêt peut s’avérer un choix judicieux. 

Les prêts étudiants 

Normalement, l’obtention d’un diplôme procure l’avantage de pouvoir troquer les connaissances et compétences acquises contre un revenu supérieur à ce qu’on aurait obtenu autrement. Il est aussi possible de bénéficier d’un crédit d’impôt sur les intérêts.

L'immobilier

Avoir recourt à un prêt hypothécaire pour accéder à la propriété est généralement profitable à long terme, puisqu’un bien immobilier devrait prendre de la valeur avec les années. Ça peut aussi permettre de générer un revenu de location.

À prendre avec précaution

«Wow! C’est génial! Je vais m’endetter demain matin!» me diras-tu. Pas si vite papillon. Il est important de se rappeler qu’il n’y a pas de garantie que tout se déroulera comme sur des roulettes. 

Par exemple, même si tu sors de l’école avec un diplôme en poche, rien ne dit que tu auras automatiquement une job avec un gros salaire. Même si tu lances ton entreprise avec les meilleures intentions du monde, il est possible qu’elle ne fonctionne pas et que les créanciers cognent à ta porte. Dans le même ordre d’idée, le marché immobilier peut plonger, diminuant du même coup la valeur de ta propriété. 

Pour t’éviter ce genre de mauvaise surprise, Christiane Van Bolhuis, planificatrice financière, partenaire de la Financière Sun Life suggère de te «responsabiliser en tant qu’emprunteur et d’établir un plan réaliste de remboursement pour ne pas subir les contrecoups d’une bonne dette qui tourne mal». 

Les mauvaises dettes

Ce manteau d’hiver trop fresh sur ta carte de crédit quasiment pleine? Mauvaise dette. Une voiture pour impressionner tes chums? Mauvaise dette. Un restaurant cinq étoiles hors de prix à ta première date? Mauvais, mauvais, mauvais pour ton porte-monnaie. 

En gros, une mauvaise dette est un emprunt investi dans quelque chose qui perd instantanément de la valeur au moment de l’achat ou un prêt qui te sera impossible à rembourser à temps en raison de l’ampleur du montant ou du taux d’intérêt élevé. 

Selon Christiane Van Bolhuis, «c’est une véritable hémorragie pour la planification financière». Elle explique que les cartes de crédit aux taux d’intérêt «exorbitants» sont difficiles à rembourser : «Si les gens payent seulement le minimum requis chaque mois, ça peut leur prendre des dizaines d’années pour se débarrasser de leurs dettes et ça affecte négativement le pointage au dossier de crédit.» 

Comment évite-t-on de tomber dans le piège?

Christiane propose une solution toute simple: «Fais un budget. Ça permet de prendre conscience de ce qu’on dépense et ainsi d’avoir un meilleur contrôle sur notre argent».

Si tu es déjà dans une situation où les mauvaises dettes t’encerclent, il faut évaluer ta capacité à rembourser tes dettes et par la suite établir un plan de remboursement en commençant par celles avec les plus gros taux d’intérêt. 

 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux