/news/transports
Navigation

Mercier est devenu un piège pour les autos

Le moindre incident crée une congestion sur le pont

Des automobilistes estiment que la circulation sur le pont Mercier, qu’on voit ici lundi après-midi, devrait être mieux surveillée pour éviter les bouchons constants.
Photo Kariane Bourassa, TVA Nouvelles Des automobilistes estiment que la circulation sur le pont Mercier, qu’on voit ici lundi après-midi, devrait être mieux surveillée pour éviter les bouchons constants.

Coup d'oeil sur cet article

Deux maires de la Rive-Sud et le Conseil de bande de Kahnawake réclament davantage de moyens pour avertir les automobilistes après la fermeture du pont Mercier en fin de semaine en raison d’un affaissement de la chaussée.

 

Deux jours après le bris d’une dalle du pont, qui a créé un affaissement de quatre pieds et paralysé la circulation pendant plus de deux heures, les autorités locales craignent que la situation ne se reproduise.

« Quand on entend qu’une dalle s’est affaissée, c’est inquiétant, d’autant plus que notre ville est tributaire de ce pont », s’alarme Pierre-Paul Routhier, maire de Châteauguay.

Incompréhension

Le maire reconnaît que la pose en urgence samedi d’une dalle d’acier sur la chaussée endommagée s’est bien déroulée, mais il critique la façon dont le gouvernement traite les automobilistes.

« Ils étaient immobilisés sans comprendre le problème, dit-il. Ça prend davantage de panneaux d’affichage mobiles pour informer et dérouter les usagers. »

Les problèmes de communication sont également soulevés par les autorités de la réserve de Kahnawake, sur laquelle les bouchons se forment en cas de problème.

Pas d’autre option

« Avec les travaux qui bloquent deux des quatre voies chaque fin de semaine, la traverse est paralysée au moindre incident. Les gens sont pris au piège ici s’ils ne sont pas prévenus, parce qu’il n’y a pas d’autre traverse à proximité », dit David Lahache, du Conseil de bande de Kahnawake. Il administre aussi une page Facebook avec plus de 7000 usagers du pont Mercier.

« On rafistole à chaque fois, dit-il. On nous dit que le pont sera reconstruit en 2023, mais 2023, c’est très loin », dit le maire de Beauharnois, Bruno Tremblay

Le ministère des Transports estime que le pont, dont la partie endommagée date de 1963, est sécuritaire et que les mesures pour informer le public sont suffisantes, notamment grâce à l’application Québec511.

Des travaux de nuit seront entrepris cette semaine pour réparer la dalle.