/opinion/columnists
Navigation

Pas simple la laïcité

Coup d'oeil sur cet article

Faites le test. Demandez à vos proches d’expliquer ce qu’est la laïcité. Certains y voient une forme de contrôle de religions mal aimées, l’islam pour ne pas la nommer. D’autres lui attribuent le pouvoir de préserver l’identité québécoise. Rares sont ceux qui évoquent le « simple » principe de séparation entre l’Église et l’État.

L’Église étant les religions organisées, pas les individus qui les pratiquent. Et l’État étant... l’État.

Chacun chez soi et les vaches seront bien gardées.

Laïc ou non ?

Un des gestes les plus fidèles à l’esprit laïque serait de cesser les subventions aux écoles religieuses. Mais voilà, il existe environ 52 écoles chrétiennes pour 23 juives et huit musulmanes. Plus des trois quarts des subventions vont à des écoles chrétiennes.

Imaginez le tollé si on leur coupait les vivres quand nous sommes incapables d’envisager le retrait d’un simple crucifix au pire endroit possible dans un régime laïque : là où sont votées les lois. Une autre décision authentiquement laïque. Je ne comprends pas qu’on puisse y voir un symbole politique de notre identité.

Combien de fois faudra-t-il le répéter : l’État québécois ne sera jamais officiellement laïque tant que le crucifix de Duplessis restera accroché au-dessus de la tête du président de l’Assemblée nationale. Il n’y a pas d’évidence plus évidente que nous comprenons mal la laïcité quand nous défendons ce satané crucifix.

Enlevons la couronne britannique au-dessus du crucifix si ça nous chante même si la reine n’est pas la cheffe de l’Église anglicane du Canada, seulement de la Church of England.

Tant de choses à préciser.

Plusieurs voient dans la laïcité la survie de la nation québécoise. Une façon de mettre les religions ostentatoires hors d’état de nuire, c’est-à-dire de se répandre et de nous contaminer, et de retourner par le fait même les croyants et croyantes voilées, enturbannés ou portant kippa à la maison.

Quiconque croit que la laïcité va nettoyer le paysage de tous signes religieux, sauf les nôtres, sera déçu. Une démocratie libérale ne va pas interdire à des individus de se promener dans la rue avec un vêtement qui identifie leur religion.

Laissons cette approche dictatoriale à des pays comme l’Iran et l’Arabie saoudite où le gouvernement dicte la façon de se vêtir en public, sous peine de châtiment.

Surtout quand il s’agit des femmes.

Québécois de souche

Enfin, les mots laïcité et immigration se retrouvent souvent dans la même phrase. Or, leur lien est mince. Outre les enfants d’immigrants nés ici, plusieurs Québécoises de vieille souche se convertissent à l’islam et affichent parfois leur foi avec enthousiasme. Certaines portent le niqab. Devraient-elles être traitées différemment d’une immigrante ?

Interdire la profession d’enseignante à Caroline Lemay d’Arvida qui porte le voile sera plus irritant qu’à Fatima Ababou de Fès.

Je suis en faveur de la position de la CAQ, mais je trouve le débat mal engagé, une fois encore.

Personne n’a jamais fait la pédagogie de la laïcité. Nous croyons discuter du même sujet, mais nous parlons en réalité de choses disparates, chacun selon ses certitudes, ses désirs et ses préjugés.

C’est un sujet complexe qui mérite d’être expliqué.