/news/politics
Navigation

La CAQ dit oui aux crucifix dans les palais de justice

Poulin Lebel
Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Un crucifix pendu au cou d’un juge porte atteinte à la laïcité de l’État, mais il est inoffensif cloué bien en vue sur le mur d’une Cour de justice, estime la caquiste Sonia LeBel.

«L'apparence de justice est aussi importante que la justice elle-même. Alors, c'est important que le juge ait une apparence de neutralité», a plaidé mardi l’ex-procureure, qui souhaite, comme son parti, interdire aux juges de porter des signes religieux. Cette interdiction serait aussi en vigueur pour les gardiens de prison, les policiers et les enseignants.

TVA a révélé cette semaine qu’à l’heure actuelle, 17 crucifix sont fixés aux murs des édifices de 11 palais de justice. À Saguenay, par exemple, une croix est suspendue au-dessus de la tête du juge qui entend les causes de la Chambre de la jeunesse. Une autre se trouve dans une salle de la Cour supérieure où se déroulent notamment les procès avec jury.

 

Dans ces cas-ci, l’apparence de justice et la neutralité de l’État ne sont pas remises en cause, estime Mme LeBel. «Qu'on ait un crucifix ou un autre signe symbolique qui, pour moi, fait partie de notre histoire, de notre patrimoine, ne vient pas nécessairement teinter les acteurs qui agissent dans l'enceinte où ce crucifix-là se trouve», a-t-elle expliqué.

Elle reconnaît toutefois que des citoyens pourraient y voir un accroc à la laïcité. «D’aucuns pourraient le penser», a-t-elle affirmé. «C'est pour ça que c'est important aujourd'hui de réitérer le fait que nous voulons avoir un État laïc, le fait qu'on se tourne vers le futur, que c'est présent, et que ça [le crucifix], par contre, ça fait partie de notre histoire», a-t-elle dit.

Même son de cloche pour ce qui est du crucifix pendu au-dessus de la tête du président de l’Assemblée nationale, au salon bleu du parlement. «C'est parce que, pour nous, ça fait partie d'un objet patrimonial et historique», a souligné son collègue Samuel Poulin.

Clause grand-père

Concernant l’ajout d’une «clause grand-père» qui permettrait aux enseignants qui portent déjà un signe religieux de conserver leur emploi malgré l’adoption d’une loi, la CAQ n’écarte pas cette possibilité. Il ne s’agit toutefois pas d’un recul, affirme Mme LeBel. «La position de la CAQ est claire. C'est le point de départ, naturellement. De parler d'ouverture et de discussion ne signifie pas nécessairement parler de recul», a-t-elle lancé.

«Être ouvert ne veut pas dire que l'on recule, mais on ne sera pas un gouvernement fermé, on ne sera pas un gouvernement qui va faire fi des opinions des autres et on travaillera comme on doit le faire en commission parlementaire pour faire en sorte que ce projet de loi là soit le projet de tous les Québécois», a-t-elle ajouté.